Jump to content

Ezanihao

SRFAssoci'Actif
  • Content Count

    535
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About Ezanihao

  • Rank
    Rattus Confirmus

Mes informations

  • Pronom
    elle
  • Localisation
    France, Deux-Sèvres
  • Nombre de rats
    2
  • Ratlover since
    février 2020

Recent Profile Visitors

395 profile views
  1. Est ce qu'il manque un mois du coup ? Ou bien il y a juste un extra ?
  2. Bon Jack restera définitivement chez nous. On s'est dit que vu qu'il commençait à nous faire doucement confiance tout en ayant peur des étrangers, ça serait dommage de le faire repartir à zéro. Deux mois c'est long dans la vie d'un rat... Son nouveau nom est donc Pop, parce qu'on arrêtait pas d'inverser Jack et Duck. Pop pour Popidipop en entier, l'inspiration vient de sa tendance à faire le pop corn quand il panique. Pour l'instant il est encore seul, on attend la quatrième semaine post stérilisation pour tester une nouvelle intégration avec les deux autres. Il lui restait deux fils qu'on a retiré cette semaine, et il s'est laissé faire dans la limite du raisonnable. En tout cas on n'a pas eu besoin de l'anesthésier pour ça, et il n'a pas hurlé (juste des petits pouics quand ça faisait mal). Et surtout il a accepté d'être tenu et attrapé, ce qui est super (et j'ai du le lâcher pour le rattraper, car ma première prise était mauvaise). L'autre super point positif c'est qu'une fois rentré à la maison, je pouvais encore le toucher donc il commence à être moins émotif. On a trouvé une solution qui lui permet de sortir sur la cage (l'extérieur lui fait encore peur). Il adore ! (et nous aussi !) Ça a été un vrai déclic de son côté et il accepte désormais les caresses. Il vient désormais nous voir même quand on a rien à manger. Comme il est dans la cuisine on le sort dès qu'on commence à cuisiner et on le rentre quand on a fini de manger. On commence également à cuisiner avec lui sur l'épaule . Il "ronge" malheureusement encore les barreaux de manière compulsive (le barreau enfoncé dans la bouche le plus loin possible, donc en vrai ses dents ne font rien...). Mais il ne le fait plus qu'à deux occasions : quand on vient juste de le rentrer et quand on prépare sa ration du matin. C'est donc mieux, mais pas encore top, et je ne pense pas que ça s'améliorera tant qu'il reste seul.
  3. Oui je pense que ça serait une très bonne idée !
  4. Ouf ! Heureusement que le calendrier n'a rien.
  5. Alors si vous parlez de castration chimique via implantation, je ne sais pas. Si vous parlez de castration "physique" (c'est à dire exit les bouboules): En 10 jours il n'y a plus aucun spermatozoïdes, et pour l'effet sur le comportement, j'ai vu un effet à partir de 3 semaines, mais à 4 semaines c'était vraiment efficace, le comportement était complètement différent. Pour info le véto m'avait trois semaines, sur le forum bellefeegore m'avait dit 4 semaines. J'imagine qu'ils avaient tous les deux raisons, 1 du point de vue "ça commence à faire effet" et l'autre du point de vue, "ça y est, c'est effectif, je peux mettre les mains dans la cage sans me faire mordre". Après le mien était vraiment agressif, comme l'agressivité du tien est plus légère, ça sera moins visible. @Bellefeegore : tu as déjà fait implanté des rats mâles toi ?
  6. Allez hop ! Je me transforme en avocat du diable : Justement, vu qu'on ne maitrise pas tout les paramètres et qu'on n'est jamais sûr de faire "dans le bon sens" et de ne pas empirer la situation... Est ce qu'il ne vaut pas mieux laisser le hasard faire ? Comment on fait pour savoir quand ça vaut le coup de tenter ou quand justement là, on ne tente pas parce qu'on manque d'information. Est ce que ça ne vaut pas le coup de travailler certaines phénotypes présentant des défauts génétiques, pour justement réussir à enlever les tares génétiques qui y sont associées ? (Bon, mode avocat off, j'ai du mal à justifier le sacrifice de générations entières quand même )
  7. Ça m'intéresserait de savoir pourquoi alors ? Je précise vu l'ambiance de cette discussion, ce n'est pas du tout ironique comme question, c'est vraiment pour comprendre. De mon point de vue tout animal de compagnie est dans une certaine mesure là "pour plaire à l'humain". Puisque c'est nous qui le faisons rentrer dans notre espace de vie, c'est que d'une certaine manière nous en tirons un bénéfice, même si c'est juste le plaisir de les voir heureux. Après encore une fois tout est dans l'équilibre pour que les besoins des animaux soient également satisfaits.
  8. Je trouve que tu vas un peu vite sur ce sujet, il y a d'autres personnes qui vont passer. Je serai très intéressée qu'elles partagent leurs connaissances !
  9. Ah ben ça... C'est quelque chose qui me rend triste aussi, mais j'ai une formation dans le bois, et un jour un intervenant nous a sorti : Quelle est la meilleure manière de luter contre la déforestation ? Faites en sorte que la forêt soit intéressante pour l'humain. Quel est le meilleur moyen qu'elle soit intéressante pour les humains ? La forêt doit être rentable. Après, la forêt est plus rentable si on ne détruit pas l'écosystème dont elle dépend... Et hop ! intro du cours sur une "gestion écologique de la forêt" bouclée, avec option protection des animaux. Intervenant très très efficace. Aujourd'hui le facteur humain est très très impactant dans la survie des espèces. C'est dramatique.
  10. Du coup Daska si tu veux qu'on fasse un bon coup de gueule sur les gens qui font n'importe quoi en repro et en maintenance du rat pour faire des sousous, laisse moi te dire : TU ES AU BON ENDROIT ! Ah oui, je sais. On me le dis souvent ! J'ai grandi dans une famille où les animaux avaient une place très importante, je pense que ça restera à vie
  11. Je pense que le terme extrémiste n'est pas du tout exagéré C'est pour ça que j'aime trainer sur ce forum
  12. Haaaan, je ne connaissais pas anibis, mais j'ai l'impression que c'est l'équivalent du bon coin en France. En gros, c'est les sites où tu vas trouver les pires annonces pour les animaux !
  13. PS: Sinon je suis blonde aux yeux bleus, et franchement ça d'un point de vue génétique c'est pas un défaut . Certes je prends des coup de soleil, mais vu ma propension à me protéger du à ça (les coups de soleil ça fait maaaaaal), dans 30 ans j'irai faire la nique à tous mes potes qui bronzent facilement mais qui auront un super cancer de la peau car ils se surexposent ("t'inquiètes, ce soir je pèle, mais demain c'est du bronzage!")
  14. J'ai un point qui serait en faveur de rateries bossant sur des phénotypes différents : C'est la diversification du pool génique ! Ce qui est perçu comme un défaut, peut très bien s'avérer un avantage de survie face à un nouveau pathogène/environnement... L'exemple qui me vient à l'esprit est sur les humains: Il existe une maladie qui s'appelle la drépanocytose qui est génétique. Le gène de la drépanocytose influence la forme des globules rouge. La drépanocytose est récessive, c'est à dire que pour déclarer pleinement la maladie, il faut être homozygote sur ce gène là. Lorsqu'on est homozygote "drépanocytose", on développe de graves soucis de santé, car la forme d'un globule rouge est TRES importante. Non traité c'est une maladie léthale. L'hétérozygotie sur ce gène là ne pose pas de soucis majeurs. En parallèle il existe une maladie parasitaire, le paludisme ou malaria, dont les parasites infectent les globules rouges. Non traité c'est encore une fois léthal. Bon, en théorie comme ça maladie léthale +maladie léthale = Maladie MEGA léthale ? Et bien non ! Figurez vous que le parasite du paludisme n'aime pas trop les globules rouges "bizarre", et que non seulement un individu portant la drépanocytose a moins de chances d'attraper le paludisme, mais si il l'attrape, il a moins de chance de développer les formes les plus graves de paludisme. Cette exemple est un souvenir de cours, mais si des personnes veulent creuser, je suis tomber sur cet article qui m'a permis de me rafraichir la mémoire (https://www.afriscitech.com/fr/blogs-fr/afroscientific/348-le-gene-de-la-drepanocytose-protege-du-paludisme) Le sujet de ce cour étant justement un débat sur l'eugénisme. A quel moment devons nous utiliser nos connaissances en génétique pour éviter les maladies génétiques ? A quel moment est ce risqué ? A quel moment passons nous du "mauvais côté"? Et en même temps : si on sait comment éviter la souffrance à un être, en empêchant cet individu d'exister tout simplement en évitant la reproduction de deux êtres, peut on ne pas agir ? La conclusion de l'article propose justement de se faire dépister de la drépanocytose pour éviter de faire des enfants entre deux individus porteurs. Dans le cadre "humain", c'est quelque chose qui me met mal à l'aise, et en même temps, si j'étais porteuse du gène, je trouverai ça inconscient de faire des enfants sans avoir vérifié au préalable que mon partenaire n'est pas porteur. C'est un sujet très complexe, et je ne suis pas sûre qu'il soit possible d'y répondre de manière tranchée. Dans le cadre des rateries sérieuses que je croise sur ce forum : Elles font du suivi de leurs reproducteurs, certaines depuis des générations, pour essayer d'éviter de faire ressortir des maladies génétiques connues et léthales. Donc oui, effectivement, elles font de la sélection, mais c'est de la sélection réfléchie, qui vise justement à éviter l'apparition de ces maladies connues. Et du coup quand on travaille sur une lignée connue, qu'on ne fait pas rentrer d'éléments inconnus dans l'équation parce qu'on ne connait pas les tares génétiques de cet élément, forcément on finit par avoir un "type" de rats. Reproduire du rat "à l'arrache" me parait bien plus mauvais pour la santé globale des ratons issus de ces portés que de reproduire deux individus précautionneusement choisis. Enfin, lorsque l'on parle de survie sur des animaux domestiques, je trouve qu'il faut faire très attention au "Oui, mais dans la nature c'est pas viable". Aujourd'hui, l'humain est un facteur très important de survie. On éradique très rapidement les espèces qui ne nous conviennent pas. Alors si le facteur mignon/plait à l'humain permet à l'animal de continuer d'exister, personnellement je dis "pourquoi pas". Après tout n'est ce pas une forme de "sélection naturelle"? Sauf que ce n'est plus "si je me fond dans l'environnement, je ne me ferai pas manger par un prédateur" mais "si je plais aux humains, ils prendront soin de moi".
  15. Ils sont tellement petiiiiiits
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.