Jump to content

PLUME

Membre
  • Content Count

    8
  • Joined

  • Last visited

About PLUME

  • Rank
    Rattus Nouvellus
  1. merci pour ta réponse... par contre (je suis curieuse) au niveau physiologique, comment ça se passe ? le nerf envoie le message douloureux au cerveau... mais si le cerveau est endormi... comment ça se fait qu'il envoie la réponse de réaction au nerf et aux muscles ? le gémissement, notamment... ça passe bien par le cerveau ? (j'ai bien dit : je n'y connais rien : mais c'est intéressant de comprendre, même si le sujet est triste...)
  2. Désolée pour Mumb@ Sinon, pour les autres réactions... je ne suis donc pas la seule à n'avoir pas été convaincue par les euthanasies comme vraies "morts douces". La seule qui s'est super bien passée, c'était la méthode "bulle d'air" pour un de mes chats. Mon chien, c'est comme pour , piqûre directe dans le coeur dans une pièce à côté, je l'ai entendu hurler... tu parles d'une mort douce, c'était il y a 13 ans et j'ai encore le cri dans la tête Et pour le seul rat sur mes quatre morts que j'ai fait euthanasier, le véto a été très gentil, respectueux, humainement très bien quoi. Mais malgré la piqûre sensé l'endormir, j'ai entendu le rat glouglouter et gémir lorsque le produit léthal l'a emporté, et je ne m'attendais pas à ça. Mes proches m'ont dit que "c'était juste le corps" qui réagissait, mais est-ce que c'est le cas ? Les gens opérés sur la table d'opération, est-ce qu'ils bougent et gémissent ? L'anesthésie ne l'empêche pas ? (question bête mais comme je ne sais pas...)
  3. Bon, je renchéris : - Clyde : cause incertaine mais probablement une tumeur cérébrale, premiers signes discrets quelques mois avant le décès : étouffements fréquents, déglutitions et mâchonnements, plus triste, moins actif, puis chutes plus fréquentes et perte progressive de mobilité, tête penchée et corps aussi (basculait du même côté et tournait en rond sur lui-même). Antibios inactifs (quoique insuffisamment dosés peut-être...). Cortisone : effet miracle mais provisoire. Dernier WE : ne dormait plus, ne se nourrissait plus, tournait sur lui-même, voulait sortir de sa cage. Très déshydraté. Euthanasié à 17 mois. - Bugsy : une tumeur molle au flanc, cutanée, grosse comme une noisette, saignait sans cesse, opéré alors qu'il avait entre 18 mois et 2 ans. Après envoi au labo : tumeur non cancéreuse. Par contre, affaiblissement très rapide peu après l'opération (conséquence de l'opération ? ou complication de l'otite qu'il avait eue plus tôt, pourtant soignée ?). Mort 2 mois après l'opération. - Dillinger : première toute petite boule sous-cutanée au flanc gauche vers 22 mois qui n'a jamais évolué. Seconde petite boule au flanc gauche apparues à 25 : aucune croissance ensuite non plus. Sept micro-boules proches les unes des autres au flanc droit, qui elles ont grossi ensemble, pas à la même vitesse, mais de façon extrèmement rapide. Forment actuellement (il a 26 mois) une masse irrégulière en "grappe de raisin" avec certaines boules très rouges et tendues, le tout faisant 2 ou 2.5 cm sur 3 cm. Pas opéré car problèmes respi chroniques. (Si changement de décision il y a, c'est qu'on décidera s'il en souffre de tenter, tant pis, le tout ou rien, mais j'en doute).
  4. J'ai trouvé ça aussi dans un communiqué de presse de l'institut Pasteur : "Des chercheurs de l'Institut Pasteur ont caractérisé chez le rat le mode d'action d'une molécule, la sialorphine, et démontré qu'elle était un puissant modulateur de la perception douloureuse. La sialorphine pourrait ainsi être le chef de file d'une nouvelle classe de molécules naturelles destinées au traitement de la douleur. Ce travail est publié dans PNAS. La sialorphine est une molécule sécrétée chez le rat dans certaines situations de stress: les chercheurs ont caractérisé son mode d'action, et ont découvert qu'elle était un puissant antalgique. Par le biais de tests comportementaux, les chercheurs ont démontré que la sialorphine exerce son pouvoir antalgique en activant certaines voies du système opioïde endogène. Les récepteurs opioïdes sont indispensables à la transmission des signaux anti-douleur endogènes, telles les enképhalines, ainsi qu'à celle d'opiacés exogènes telle la morphine. En bloquant par des antagonistes les récepteurs aux opioïdes, l'effet antinociceptif de la sialorphine est aboli. La sialorphine inhibe donc la sensation douloureuse en potentialisant le système opioïdergique."
  5. QUELLE HORREUR !!! Pauvres vous deux... Ecoute, tout ce que tu peux tenter de ton côté (mais le véto aura peut-être une idée de son côté aussi ?), c'est l'arnica homéopathique... Je ne sais absolument pas si ça peut lui faire du bien... l'avantage c'est qu'au moins ça ne lui fera aucun mal A prendre en pharmacie sous forme de granules : 9CH, ça coûte autour de 2 €, et tu peux puisqu'elle ne peut pas croquer du dur, le diluer dans une petite cuillérée d'eau, ajouter un peu de miel et lui proposer à lécher... 2 à 5 granules diluées, à renouveler plusieurs fois par jour. y aura pas de miracle avec ça, mais tente toujours
  6. Ah, j'oubliais. Lui redonner sa place de rat et de rat dominé : mange quelque chose de bon devant sa cage, fais lui envie, et puis donne lui trois miettes à la fin, et puis la fois suivante un morceau plus beau, et puis parfois trois miettes, etc. Pour lui dire que 1/ C'est toi qui bouffes d'abord 2/ C'est toi qui décides de ce que tu laisses
  7. Peut-être c'est quand tu as sur toi l'odeur de ton autre rate ? J'ai 2 rats séparés chacun dans 1 cage et l'un d'eux ne tolère pas l'odeur de 'lautre. Fais gaffe qd même avec les morsures : n'hésite pas à tout de suite aller voir un médecin quand c'est profond... et surtout désinfecte tout de suite à chaque fois. (je dis ça d'expérience : j'ai des séquelles deux mois et demi encore après une morsure de mon rat ) J'ai résussi à le recadrer derrière cette morsure, pourtant sérieuse, mais il a fallu comme toi bcp de patience. Puis un jour il m'a remordue (moins grave) et j'ai eu l'impression que tout ça était perdu... Puis j'ai repris. De la patience. De l'affection. Des friandises. Mais aussi quelques "trucs" que je te donne (dont certains que tu connais déjà) : 1/ (Comme toi) le prendre comme ça, de temps en temps, sans raison, durant ses promenades, juste pour le mettre sur le dos. 2/ L'habituer à lui faire accepter de se laisser embrasser / gratouiller le ventre. 3/ Marcher tout droit quand il se trouve sur mon passage et là le pousser du pied, sans brusquerie mais fermement, comme ferait un dominant qui aurait un dominé sur son passage. 4/ Le faire "travailler" un peu pour gagner ses friandises. C'est un excellent moteur, d'abord, de complicité avec ton rat, et en plus ça l'habitue à ce que c'est TOI qui as le "pouvoir" des gourmandises : le mien je lui fais faire le beau, marcher sur les pattes arrière, et aussi un parcours plus long : je mets un tuyau en l'air, je dis "ALLEZ, hop", et il sait que ça veut dire (enfin il a fallu que je lui apprenne :bave: ) : sauter dedans, le traverser, sauter de l'autre côté hors du tuyau, et là il attend sa surprise debout sur les pattes arrière. Ou te rejoindre à l'autre bout de la pièce et sauter sur tes genoux, simplement. Plein de trucs qui vous amuseront toutes les deux et renforceront vos liens, forcément : le mien, franchement, au début ça le gonflait, et maintenant il aime tellement ça qu'il va des fois chercher le tuyau pour aller dedans :bave: 5/ Puis l'habituer à ce qu'il y ait toujours un minimum l'odeur de l'autre rat : par contre je me lave toujours les mains entre les 2. 6/ Et puis de la vigilence : l'animal n'est pas un robot programmable ; tout peut retomber d'un seul coup... mais ça revient Et une fois solidement acquis, ça revient chaque fois encore plus vite, encore mieux et plus facilement courage
  8. J'en ai acheté dans une épicerie bio... pour le moment je leur fais juste des tisanes : est-ce qu'on peut leur en donner à croquer directement ?
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.