Aller au contenu
Secret Nocturne

Noces d'Argent

Messages recommandés

Je m'y attendais un peu ces derniers temps, de devoir un jour me pointer dans cette section.

 

Je ne peux pas dormir, il faut que cela sorte ... Cette année commence si mal.

 

Noces d'Argent était un petit être, plein de vie et de malice. Un rat, un ami, un confident, un fiston parfait, quelqu'un a qui on pouvait tout lui confier et qui était toujours là quand vous aviez besoin de réconfort ou simplement de le voir . L'ami infaillible.

Je l'ai eut par des amis, un joli petit raton tout bleu, qu'on m'a mit dans les mains un 1er juin 2009, une petite boule de chaleur, douce qui n'a pas remué au creux de mes mains. C'était lui, pas un autre que je voulais. Son nom était prédestiné, il serait l'unique pour moi.

Mais, il cachait bien son jeu, c'était un raton fou, cette boule de poils courait de partout et faisait toutes les bêtises au possible ! Cependant, c'était une crème, il était propre, gentil et malicieux.

Cet été là, il me fit la belle surprise en jouant sur mon bureau, de creuser dans une énorme pastèque par rapport a sa bouille de rat, puis de s'y loger en la grignotant de l'intérieur. Depuis, j'avais pour habitude de lui acheter des petites pastèques pour qu'il se régale.

 

J'ai l'impression que c'était hier, de le voir sautiller de partout sur mon lit, jouer avec les gens qui passaient, se faufiler dans mes bras et me couvrir de léchouilles . En parlant de ça, peu de personnes croyaient que c'était vraiment un rat du coup, tant il aimait les gens, tant il aimait nous apporter son affection.

Tu as toujours été là pour me réconforter, surtout l'année ou je t'ai choisis, j'avais besoin de quelqu'un pour me soutenir tous les jours et tu étais là pour m'accueillir dès que je rentrais.

Je me souviens des aller-retours que je faisais a chaque inter-pause de cours, pour aller te voir, te faire un câlin, te bisouter, te donner une friandise.

 

Puis tu as continué ton chemin de bonhomme, tu as grandis et tu es devenu un beau pépère. Toujours aussi malicieux, tu n'as pu t'empêcher quand je t'ai redescendu a la maison natale, de sauter du canapé pour aller te réfugier derrière le meuble de la télévision, pour y vivre de folles aventures, sans pour autant nous ronger les câbles ou autres. Alors on te laissait jouer, ça nous faisait bien rire.

 

Nonoces, tu étais un vrai ventre sur pattes en plus d'être un fin gourmet. Il fallait te donner toujours ce qu'il y avait de meilleur, alors on cuisinait aussi pour toi, c'était notre rituel, toi sur mes épaules, moi qui coupait tes légumes, préparait tes graines, tes friandises. Rien n'était trop beau pour te faire plaisir.

 

En décembre 2009, je te pris un ami, pour te tenir compagnie car j'étais moins présente pour toi. Cet ami est encore là aujourd'hui et il te regrette déjà, ses yeux sont plissés et il est resté dans son coin, le dos tourné, lui aussi il t'aimait car tu l'as éduqué alors qu'il avait eut un début de vie difficile, tu lui a tenu chaud les soirs d'hiver, vous étiez là l'un pour l'autre.

 

Les mois passèrent, on jouait tous les soirs devant l'écran d'ordinateur, ou sur le lit devenu canapé puisqu'on avait changé de résidence. Roulade Nonoces était un jeu qu'on appréciait tous les deux, le but étant de te faire rouler gentiment une fois que je t'avais attrapé, une roulade, une gratouille sur le ventre et toi qui te jetait sur ma main pour la couvrir de léchouilles. On prenait aussi des pailles, tu leur courais après joyeusement.

 

Tu es devenu une source d'inspiration pour moi, je passais parfois des soirs a t'observer, a te dessiner, a te photographier. Aujourd'hui encore, je te dessine, en pensant a la douceur que tu m'as apporté... a la poésie dont tu faisais preuve.

 

Été 2010, tu as eut des grosseurs inquiétantes a la gorge, qu'on a faites opérer. La première fois ou j'ai eut peur pour toi, ou je croyais que je ne te reverrai jamais. En sortant de ton opération, tu avais impressionné l'assistante car tu faisais déjà le pitre comme si de rien n'était.

Mais... les jours qui suivirent, tu devins plus fatigué, comme si tu avais pris des années soudainement. Ce qui fût le cas.

Tu en restais toujours aussi malicieux, mais un peu moins vif. Ah la vieillesse ! Ça n'a pas été facile pour toi, tu ne tenais plus trop sur tes pattes, tu dormais plus souvent, avec tes problèmes a la gorge, on te faisait un régime adapté...

Il en est resté adorable. Tu dormais comme un chat sur le coussin que je t'avais acheté. Coussin, sur lequel tu t'en es allé...

 

Noël, tu allais bien, on vous avait préparé des friandises exprès pour l'occasion.

Tu faisais quelques petites plaies, mais rien de grave, je nettoyais en me demandant bien comment tu te faisais ça...

On t'a emménage la cage, avec du tissu, pour que tu sois plus a l'aise, on a baissé les étages, pour pas que tu tombes.

On se demandait bien ce que tu avais... mais tu étais toujours aussi joyeux, tu t'es même endormit sur ma main le 30, ce sont tes dernières photos et un souvenir que je n'oublierai jamais.

Le soir du premier, je te retrouve avec du sang partout sur la nuque, tu t'es cogné, mais on ne sait comment ... pas d'entaille, juste une coulée de sang. Mon homme te prend dans ses mains, puis je nettoie ta plaie... je sens que tu es sur le point de partir, tu sembles faibles, tu refuses de boire ou de manger un petit bout de concombre ou tes friandises favorites.

Je n'ai pu dormir cette nuit là, je t'ai reposé tranquillement, avec un câlin, des bisous... un bonne nuit, je ne voulais pas vraiment y croire.

 

Impossible pour moi d'écrire la suite.

 

Noces, je garderai de toi les plus beaux souvenirs du monde, la chaleur de tes poils quand je te caressais, tes yeux malicieux, nos câlins sans fin, les jeux qu'on avait, la joie que tu nous a apporté.

Mon premier, mon unique. Je prendrai soin de tes frères et d'entretenir nos souvenirs.

 

J'espère que tu ne souffres plus sur ton petit nuage...

 

" Mais mon amour, mon doux mon tendre mon merveilleux amour, de l'aube claire jusqu'à la fin du jour

je t'aime encore tu sais, je t'aime. "

 

 

nmilk.png

noces1.png

rattusblue1.png

 

 

 

Au revoir mon N'Os a Moëlle.

La musique ne s'arrêtera pas là, Noces d'Argent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour

 

je ne vais pour ainsi dire jamais sur " les disparus ";..trop sensible

mais après tes gentilles pensées pour notre Bül et ta phrase triste sur les rats lyonnais , j'ai voulu voir ce qui était arrivé

 

c'est beau ce que tu as écrit pour ton loulou et j'ai pleuré :bye:

 

toi aussi tu as eu un " rat parfait ".

bon voyage à ton ratou et courage à toi

 

:(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bel hommage que voila pour Noces d'Argent... C'est pas du joli de faire pleurer les gens. :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.