Aller au contenu
Artefact

Récapitulatif épidémie

Messages recommandés

Bonjour à tous,

Une alerte épidémie a été lancée le 18 mai 2013 suite au signalement d'un nombre inquiétant de morts subites dans plusieurs rateries picardes au cours des derniers mois et tout particulièrement entre mars et mai. D'autres cas possibles ont été signalés dans d'autres régions de France, sans qu'il ait été possible d'établir un lien formel entre ces endroits et les foyers initialement signalés.

Ce post a pour but de résumer et centraliser les informations dont nous disposons, à la fois sur la possible épidémie et sur les tests réalisables. Elles sont parfois incomplètes et confuses, j'ai essayé de remettre le puzzle en place comme j'ai pu à partir des messages privés et des messages postés sur les différents forums, mais il reste beaucoup d'inconnues. Les identités des personnes étant souvent floues, il est également possible que des personnes non nommées se soient "dédoublées" dans cette tentative de compte-rendu. J'ai également reporté des éléments qui n'ont vraisemblablement aucun rapport, pour être sûre de ne rien oublier et de ne pas passer à côté de quelque chose. Tout est à prendre avec des pincettes.

Foyers initiaux, symptômes et chronologie

Le premier foyer à nous avoir signalé une série de décès est la raterie les Rat'Piidos, qui est à ce jour le foyer ayant connu le plus grand nombre de décès (de l'ordre d'une trentaine soit environ la moitié de sa troupe, plus l'intégralité de ses souris mâles). Cette raterie est tenue par deux personnes à deux endroits différents mais qui sont très régulièrement en contact, je les groupe comme un seul foyer.

- Octobre 2011 : Epidémie de SDA, a priori sans rapport mais il faut noter que les survivants de cette épidémie n'ont pas été touchés par l'épidémie de 2013.
- Août 2012 : Adoption des deux rats chez LAD fin août 2012, actuellement morts.
- Septembre : un rat peu solide meurt, puis est suivi par quelques autres très rapidement. Un est autopsié, la conclusion est pneumonie. Les morts s'arrêtent rapidement toutes seules.
- Octobre : naissance d'une portée avec seulement 4 ratons vivants (les autres morts nés) et une des 4 va faire des pbs neurologiques
- Novembre : portée de 5 ratons seulement.
- Novembre également : changement d'emploi de khedounette, dans une ferme où se produisent de nombreux décès inexpliqués de veaux. La configuration de la raterie à ce moment-là ne garantit pas une quarantaine optimale lorsque khedounette rentre de son travail. La raterie a été réorganisée depuis.
- Décembre : portée de 9 ratons. A partir du sevrage les ratons ne grandissent plus et présentent un retard conséquent. Un seul n'est pas touché par ce retard, il sera le seul à ne pas mourir lors des soucis à venir.
- Décembre toujours, soucis avec le propriétaire de la maison. Deux rats trouvés morts de façon mystérieuse, puis d'autres les suivent. Les symptômes sont gonflement abdominal, difficultés à respirer, hémorragie, troubles neuro. Le problème est mis sur le proprio qui aurait pu les empoisonner.
- Début mars : début de l'épidémie. Le premier rat décédé est un rat des rats adoptés en août. De très nombreux décès suivent, en général en moins de 48 heures après l'apparition de symptômes relativement discrets (grande apathie, éternuements). Certains rats présentent également un syndrome vestibulaire (tête penchée) mais ce sont plutôt ceux qui ne décèdent pas. Traitement à la gentamycine dans l'eau de boisson initié. L'autopsie révèle la présence de différents pathogènes bactériens mineurs (E.Coli, pasteurelles), ainsi que des lésions au foie. Pas de recherches de virus. Dans le même temps, des décès du même type se produisent chez une autre personne de la même région, qui n'a pas été en contact avec RPD depuis septembre. Dans ces foyers, des décès de souris et de cochons d'Inde sont également signalés.
- Avril : adoption de rats dans une animalerie parisienne et une animalerie picarde. L'animalerie picarde, contactée, ne signale aucun décès suspect.
- Début mai : après une période de calme, les décès reprennent sur le même mode chez RPD. Signalement de cas similaires chez deux nouvelles personnes de la région picarde, dont la raterie les Rats-Pla-Pla. L'une d'entre elle a adopté mais fait une quarantaine de deux semaines avant le début des décès. Ils se poursuivent chez RPD jusque début juin.



Devant ces éléments, l'hypothèse d'une infection par le virus Sendai est soulevée. Un des foyers touchés s'étant rendu à la foire d'Houten en avril 2013, on évoque également la possibilité qu'un virus ait pu y circuler, soit qu'il y ait été amené par un foyer atteint, soit qu'il ait été ramené de là-bas, impliquant des recommandations de prudence à défaut de certitudes. Il faut noter que RPD ne s'y est pas rendue, et n'a pas eu de contact avec des personnes s'y étant rendues depuis le mois de septembre.

Le deuxième foyer à s'être signalé ici est Crevetterebelle (raterie les Taratboostés). Le nombre de décès, la présentation clinique et la proximité géographique ont fait évoquer une cause commune, cependant la chronologie ne remonte pas aussi tôt, et il faut noter des différences : abcès aux poumons à l'autopsie, décès des plus âgés en premier (vs. surtout des décès de rats jeunes chez RPD).

- Arrivée 8 avril : Rats d'Houten et LAD
- Arrivée 14 avril : Rats d'une raterie du doubs
- Visite le 16 avril d'un adoptante pour récupérer sa rate du Doubs - vivant dans l'Oise.
- Fenetre ouverte la nuit du 26 au 28 avril
- Fin de quarantaine le 28 avril, arrivée de la nouvelle cage. Visite de la propriétaire de la cage - petite troupe, RP SUD.
- Premier décés le 29 INC Héméra - la doyenne de la troupe, 2 ans et neuf mois.
- 1 er mai : 4 deces, les plus vieux et malades (des chroniques, des touchés par des tumeurs ... entre 2 ans et demi et Deux ans)
- 4 mai : CAT Eos decede, sans signes apparent a part une fatigue de papy, 2 ans et 4 mois. signe d'apathie pour TRA Lo Yu ( 2 ans et presque 4mois). ( samedi soir, conservé au frigo pour une potentielle autopsie)
- 5 mai : TRA Lo Yu meurt aussi, ( mis au frigo pour une potentielle autopsie).
- 6 mai : symptomes avancé respis pour RNR Jumanji ( 2 ans en juillet) et LAD Omen ( 3 mois) et apathie et probleme respi pour DMH-TRA Azilliz (1 ans et 2 mois). Décés de Jumanji malgré cage à oxygène. Dépôt de Lo Yu pour Autopsie et envois des poumons en analyse antibiogramme.
- 7 mai décés de Omen. A l'heure du deces, malgré 20h d'oxy et un gros mieux pendant une 15aine d'heure, j'ai refusé de le recuperer le soir, le trouvant un peu faible. En une heure, deces. Autopsie pratiqué sur Jumanji et Omen, revelant les meme abcès au poumons que Lo Yu. Debut du traitement antibio etc.
- 12 mai : Décés d'azilliz , suite a l'arret du traitement la concernant puisqu'il ne faisait que la maintenir en vie, mais ne la soulageait pas.
- 16 mai resultat d'antibiogramme
Plus de symptomes grave depuis le 6mai, quelques éternuements, mais sans plus.
Depuis le 16/05 nous sommes sous gentamicine dans l'eau pour la troupe entière.


A la suite de la publication de l'alerte et d'une partie des informations regroupées ici, SemynonA (raterie "Fée comme des Rats") a également rapporté une série de décès à partir d'avril, imputables à l'adoption de rats à Houten.

Alors aucune maladie chez moi avant Houten, pas un tchoum pas un ronron.
J'ai ramene 7 rats de 4 eleveurs differents . J'ai examine chaque rat avant de le poser dans ma boite, certains de legers tchoums, pas de ronronnement, pas de porphyrine.
J'ai ramene 1 souris de chez les Satellites du Grand Ballon, en parfaite sante et qui n'est jamais tombee malade alors qu'elle a fait la quarantaine avec les rats d'Houten,

J'ai fait une quarantaine aussi bien que j'ai pu de tous ceux que j'ai ramene chez moi, dans une piece separee,
Les 7 rats d'Houten ont ete mis sous antibiotherapie et l'ensemble de mes rats bien supplementés.

Quand leur etat stagnait/se degradait au bout d'une semaine sous antibio j'ai commence a avoir un petit doute et le virus a atteint mes rats a moi ce qui a confirme que c'etait un virus et plus que probablement airborne car meme si je suis faillible je n'ai pas souvenir d'avoir fait quoique ce soit dans ma quarantaine qui aurait pu laisser passer le virus.

J'ai perdu 2 rat d'houten, 1 ratte a moi (les 2 petits d'houten qui sont partis devaient avoir tout juste 4 semaines sur l'expo, et ma ratte avait eu une mise bas un peu difficile et c'etait pas completement remise de sa mise-bas + allaitement, donc ce sont vraiment les plus faibles que j'ai perdu, j'ai au moins cette consolation meme si ma Candy etait infiniment chere a mon coeur). Sur un ensemble donc de 18 rats chez moi pendant cette periode.
Absolument TOUS mes rats ont ete touches par le virus.



Donc a priori, une épidémie bien moins virulente (la proportion de décès parmi les rats symptomatiques est bien plus faible que dans les deux foyers précédents) et une différence de taille : pas de décès de souris.

Ce sont les trois personnes pour lesquelles nous disposons d'un témoignage direct détaillé et d'une chronologie.

Anjou (raterie "l'Aspirine du Diablotin" alias LAD) a également apporté des éléments de témoignage moins détaillés. Elle a été victime d'un virus cet hiver, avec symptômes pulmonaires et un nombre significatif de décès, mais ne rapporte aucun décès suspect sur la période mars-mai. Elle a fait pratiquer un test sérologique sur l'un de ses rats (résultat complet ici), négatif pour les virus testés (dont coronavirus et Sendai) et faiblement positif pour une bactérie commune (pasteurelle).

D'autres décès ont été évoqués ou signalés dans différentes régions de France. Par manque d'éléments plus précis, il n'est pas possible de les rattacher formellement aux précédents ou d'affirmer quoi que ce soit. Il convient de garder à l'esprit que même en cas d'épidémie avérée, en aucun cas elle ne serait la cause de tous les décès de France dans la période. Il semble cependant probable que parmi le nombre important de déclarations ou suspicions, certaines y soient effectivement liées. Par ailleurs, de nombreuses personnes ont également rapporté s'être rendues à Houten et y avoir adopté des rats sans avoir remarqué le moindre problème depuis leur retour. Le nombre de décès est important, mais n'évolue pas sur un mode exponentiel, ce qui est plutôt rassurant par rapport à l'inquiétude initiale, et ceci sans minimiser l'énorme perte et l'énorme tristesse des foyers touchés.

Possibilité de réalisation de tests et collecte de fonds

Afin d'apporter de l'aide aux foyers touchés qui le souhaitaient, plusieurs membres d'SRFA ont pris plusieurs initiatives pour essayer de trouver des moyens de faire des tests sérologiques. Voici où nous en sommes sur ce point.

Nous avons pu identifier et entrer en contact avec un laboratoire qui peut réaliser des tests en France. Il s'agit du laboratoire d'analyses d'un fournisseur professionnel d'animaux de laboratoire. Un vétérinaire et une personne responsable des analyses ont été contactés directement pour d'une part, établir une liste de virus qu'il semble indiqué de rechercher, et d'autre part préciser les conditions logistiques pour la réalisation de ces tests. Ce laboratoire ne traite pas habituellement avec des particuliers, seulement avec des vétérinaires qui possèdent un "compte-client". Pour ceux qui souhaitent réaliser des tests par ce biais, voici ce que nous essayons de mettre en place :

- Le vétérinaire du labo propose un panel très complet de test de 18 virus, incluant plusieurs familles (parvovirus, coronavirus...). La technique employé est l'immunofluorescence indirecte multiplexée, qui permet de réaliser tous ces tests avec très peu de sang.

- La quantité de sérum nécessaire est de 50 microlitres (0.05 mL), soit environ 100 microlitres (0.1 mL) de sang total. Cette quantité de sang peut être prélevée sans anesthésie, à condition que le vétérinaire possède l'équipement et soit d'accord pour pratiquer cette technique. Chaque vétérinaire peut avoir son mode de prélèvement préféré (caudal, jugulaire, contention vs. anesthésie...), il convient d'en discuter avec lui.

- Il est possible de prélever plusieurs rats et de mélanger leur sérum ("pooling"), ce qui a été évoqué au cours des discussions. Cette technique n'est pas recommandée pour la sérologie par le responsable des analyses que nous avons contacté.

- Le responsable d'analyses recommande en revanche, et dans la mesure du possible, de tester un rat par groupe atteint (rat ayant vécu dans un groupe touché par l'épidémie, dans lequel il y a eu des symptômes et des décès) et un rat d'un groupe non malade pour comparaison.

- Si vous souhaitez pratiquer des tests, l'idée (dont la faisabilité reste à confirmer) serait : de faire faire le prélèvement par votre vétérinaire habituel, qui l'enverrait à un vétérinaire centralisateur, qui lui-même enverrait tous les prélèvements au labo d'analyses. Un vétérinaire de la région parisienne a donné son accord pour s'occuper de l'ouverture du compte-client et être le référent (nous l'en remercions), on va voir s'il peut aussi centraliser les prélèvements chez lui et les envoyer au labo. Pour l'instant, on n'a pas tous les détails techniques (tubes, faisabilité des envois, synchro, compta...) donc ne vous précipitez pas chez votre véto tout de suite, tout n'est pas encore prêt, on vous tient au courant dès qu'on avance.

- Le laboratoire d'analyses fournira, en plus des résultats, une interprétation de ces résultats, et des recommandations sur la conduite à tenir en fonction de ces résultats (traitements, protocole et produits de désinfection, durée des quarantaines, vides sanitaires...).

Evidemment, ces tests ont un coût. Le tarif proposé pour la totale des 18 tests est de 194,95 € toutes taxes comprises, à quoi il faut rajouter la consultation avec le vétérinaire "local" pour le prélèvement sanguin et les frais de transport en chronopost (le sérum se conserve assez bien s'il est refroidi par des poches de froid, mais mieux vaut que tout aille assez vite).

Une collecte a été mise en place pour soutenir financièrement les personnes qui souhaitent réaliser un test mais n'en ont pas les moyens financiers. A ce jour, 228 euros ont été collectés. Ils seront partagés également entre tous les bénéficiaires qui le demanderont, sous forme d'un remboursement à la présentation publique des résultats. A ce jour également, deux personnes ont souhaité faire appel à cette caisse. Sauf modification, elles seront donc remboursées d'environ la moitié de leurs frais. Etant donné la marche à suivre, il est important de se synchroniser (pour pouvoir envoyer tous les prélèvements d'un coup) donc on va certainement arrêter une date limite. Il est bien sûr possible de profiter de la facilité de réalisation des tests sans pour autant demander d'aide financière. Si vous souhaitez bénéficier des tests, ou bénéficier des tests + aide financière, ou si vous souhaitez faire un don de dernière minute, contactez-moi rapidement par message privé. Nous remercions chaleureusement tous les donateurs qui ont montré par leur générosité que la solidarité existe dans notre communauté.

J'aimerais rajouter un mot sur les bénéfices, risques et opportunité de pratiquer des tests, et ce qu'il faut en attendre. En règle générale, on décide de pratiquer ou de ne pas pratiquer un geste médical sur la base de ce qu'on appelle "la balance bénéfices-risques" : si les bénéfices que l'on attend sont supérieurs aux risques encourus, alors on décide de faire, sinon non. Cette évaluation des bénéfices et des risques est individuelle. Le bénéfice est clair pour les foyers qui ont connu des décès tels qu'évoqués ci-dessus : savoir ce qui les a frappés et obtenir des conseils sur les moyens de s'en débarrasser. Il peut être discuté pour toutes les personnes qui estiment avoir eu des comportements à risque, à fortiori s'ils ont une activité de raterie, mais est la plupart du temps assez faible pour des foyers totalement asymptômatiques. Il faut également se souvenir qu'aucun test n'est à 100% fiable, et qu'un test positif peut ne pas être particulièrement significatif à partir du moment où on n'a ni malades, ni décès : il est même très probable que nos foyers d'amateurs sont tous contaminés par un tas de choses communes et sans grand danger. (D'où l'intérêt de la comparaison avec un rat non malade). Enfin, si le risque induit par la perte de sang est extrêmement minime vu le volume à prélever, le geste de prélèvement lui-même peut comporter un risque, en particulier s'il est réalisé sous anesthésie. Aussi, il revient à chacun de se demander ce qu'il attend d'un tel test, et du risque qu'il est prêt à courir pour obtenir ce bénéfice.

Le mot de la fin

Dans un but de sérénité et d'accessibilité des informations, ce sujet restera verrouillé. Les questions et discussions continueront à avoir lieu sur le post initial. J'ai essayé d'être la plus exhaustive et factuelle possible. Si vous pensez que quelque chose m'a échappé, ou que certains faits sont présentés d'une manière partiale, n'hésitez pas à m'envoyer un message privé pour discuter de corrections à apporter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.