Jump to content
Sign in to follow this  
douphie

Les choix alimentaires des rats

Recommended Posts

Traduction d'après un article de : http://www.ratbehavior.org 

Comment les rats choisissent-ils ce qu'ils mangent ?

 
            Etre omnivore implique que les rats peuvent exploiter toutes sortes de ressources alimentaires, et donc qu’ils peuvent vivre dans des environnements très différents. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle ils sont une espèce pérenne.
Cependant, être omnivore signifie aussi que chaque rat en tant qu’individu est libre de ses choix alimentaires et cela peut s’avérer risqué : le mauvais choix peut lui coûter la vie.

On trouve des rats partout dans le monde depuis assez peu longtemps. Malgré son nom, le rattus norvegicus est originaire du nord de la Chine. Il a voyagé avec les humains et a suivi les routes  de la colonisation ces derniers siècles. Son expansion est donc extraordinaire du point de vue de l’évolution – il n’a pas eu le temps de s’adapter à ses divers nouveaux environnements.

Génétiquement parlant, un raton né dans un port de Nouvelle Ecosse sera assez similaire à un raton né derrière un restaurant à Berlin, dans un égout à Melbourne ou encore dans un marché à Bangkok. Mais la nourriture que chacun de ces rats aura à disposition sera très différente d’un endroit à l’autre.

 
Choisir quoi manger … et quoi délaisser !

         L’environnement de chaque rat est rempli d’élements comestibles, ou non comestibles : poisons (naturels ou créés), pierres, plastiques, etc …
Alors comment le rat apprend ce qu’il peut manger ou non ?
Cet apprentissage se passe en plusieurs étapes mais suit globalement ce principe: « si un autre le mange alors je peux le manger aussi ».

Avant la naissance : in utero, les fœtus peuvent détecter des particules odorantes venant de l’alimentation de la mère et passant la barrière placentaire. Peu après la naissance, les nouveau-nés répondent positivement à ces aliments (Hepper, 1988). Ainsi, cet apprentissage vient de la mère et commence avant même que les rats ne viennent au monde.

Pendant l’allaitement : les ratons reçoivent des informations sur le régime alimentaire de la mère via son lait. Ils ont par la suite une préférence pour la nourriture qu’elle a consommé pendant la lactation (Bronstein et al, 1975, Galef et Sherry 1973, Galef et Henderson 1972).

Le sevrage : Quand les ratons sont en sevrage et commencent à manger solide, ils prennent exemple sur les adultes. Ils farfouillent là où les adultes farfouillent (Galef 1971,1981 ; Galef et Clark 1971 a, b) ou encore là où les adultes ont précédemment laissé leur odeur (Galef et Beck 1985, Galef et Heiber 1976, Laland et Plotkin 1991,1993).
 
Adolescence et âge adulte : quand les rats farfouillent seuls, leurs choix alimentaires sont influencés par des interactions sociales qui peuvent avoir eu lieu très loin. Ils sentent la nourriture sur le poil des autres, sur leurs vibrisses et surtout leur haleine et préfèrent de loin la nourriture que ces rats ont pu manger précédemment (Galef et Wigmore 1983, Posadas-Andrews et Roper 1983). Le signal chimique impliqué ici pourrait être le disulfide de carbone (CS2) présent dans l’haleine du rat. Lorsque l’on expose des rats à de la nourriture dégageant du CS2 ou non, ils préfèrent largement la première (Galef, Mason, Preti et Bean 1988).

Le principe de manger ce que les autres mangent aide le rat à identifier ce qui est comestible et réduit les risques pour lui tout en élargissant l’éventail d’aliments comestibles. Ce procédé ne reste cependant pas sans risque : les codes sociaux ne lui apprennent pas à repérer les poisons ; en effet, un rat préférera la nourriture qu’il a senti dans l’haleine d’un autre même si celui-ci était malade ou mourant (Galef, Whigmore et Kennett 1983, Galef, McQuoid et Whiskin 1990, Grover et al 1988).
Les rats apprennent également ce qu’il ne faut pas manger, et c’est là qu’intervient l’évitement des poisons

La néophobie : Quand il s’agit de nourriture les rats sont assez néophobes, ils évitent globalement ce qui est nouveau.

Les aversions alimentaires acquises : Si un rat goûte une nourriture nouvelle, il n’en prendra certainement qu’une bouchée la première fois ; s’il tombe malade alors il n’en mangera plus par la suite (Garcia et Koeling 1966)

Le Pica : si le rat mange quelque chose qui le rend malade, il ne peut pas vomir mais il a une autre alternative appelée « pica » c’est-à-dire la consommation d’une substance non comestible telle que l’argile (Michell 1976). Quand il se sent malade, il va manger de l’argile qui va aider à dissoudre les effets de la toxine dans son corps (Philips et al 1995, Philips 1999, Sarr et al 1995).

 
Pour conclure, les rats n’ont pas de connaissances alimentaires innées.
Ils ont cependant la possibilité d’apprendre quels éléments sont sains et quels éléments sont toxiques dans leur environnement.
 
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.