Aller au contenu
Renacage

Lettre ouverte

Messages recommandés

Jimbo, Jimbonot, Jambauneau...

 

Je ne sais même pas par où commencer. M'excuser ne servirai à rien, et en soit, je ne suis pas vraiment fautive. Juste fautive de t'avoir aimé finalement.

Ouais. Je crois que j'en peux plus de perdre tout ce que j'aime. Mon père, plusieurs membres plus ou moins proches de ma famille, mon chat, tes frères... alors ouais c'est aussi de ma faute. Fautive d'adopter un animal comme toi, en sachant pertinemment que tu ne dépassera sûrement pas les trois ans. C'est putain de court pour nous, tu sais. Même si ça paraît long pour toi. Au moins tu n'as pas souffert, hein ? Enfin surement que si... mais tu ne le montrais pas. Tu ne le montrais jamais. Tu pouicquait par mécontentement par contre. Quand on te bidouillait alors que tu voulais aller jouer ou qu'on t'enfoncait des pipettes dans le bec pour te soigner. Ouais ça tu détestais. Mais c'est con quand même, ton calvaire se serait terminé le lendemain. J'crois que tu en as tout simplement eu marre. Ouais, marre d'avoir été si souvent malade en 24 mois d'existence. 24 mois... Je t'ai adopté parce que je venais de trouver un boulot et que j'aurai les moyens pour m'occuper de vous. Spindle était avec toi. RIP à lui. Ouais les moyens je les ai eu. On s'était promis de tout faire ensemble tu te souviens ? Tu n'es qu'un menteur finalement parce que tu m'as lâché avant que je quitte la boite dans laquelle je bosse. Enfin c'est plutôt moi qui tait fait promettre quelque chose. C'est moi qui me ment à moi même. Je m'égare...

Je ne sais plus vraiment par quoi j'ai commencé, j'écris au fur et à mesure. Je réalise que j'ai pas énormément pleuré depuis ton départ. Est ce que je deviens insensible ? Deux grosses crises de larmes, des larmichettes quand je caressais ton corps froid et des larmichettes pendant que je t'écris. Pourtant ton absence me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. J'ai les poumons en feu. La gorge perpétuellement dans un étau. Mes sourires sont faux parfois tellement j'ai de grosses pensées pour toi. Mais je n'oublie pas tout ce que tu m'as apporté de positif. Tout ce que VOUS m'avez apporté de positif. Je vais ré-adopter mon bébé. Non pas pour te remplacer, au contraire. J'ai encore de l'amour à revendre. J'en donne par millier à mes amours encore présents. Mais ils vieillissent eux aussi, et j'ai besoin de rat dans ma vie. C'est égoïste j'en ai conscience mais c'est de ta faute Jimbo. Tu n'avais qu'à pas être un rat parfait. Spindle était un rat parfait. Caramel était un rat parfait. Splinter était un rat parfait (et puis tu connais mon amour pour les agouti). Rasputin, Sparadrap, Aramis, Dartagnan, Calimero... Ma femme et moi somme tellement chanceuses de nous avoir à nos côtés. Et nos bébés chats aussi... mais Rasputin, lui... lui il n'est plus pareil. S'il te plaît prends soin de lui.

Tu sais j'ai fais un rêve hier. J'avais une nouvelle funko pop et sur la boite c'était écrit "dead Jimbo". Je l'ai ouverte parce que je voyais bien que c'était ton corps dedans. Je t'ai caressé et tu t'es réanimé. Mais Rasputin lui, il pouvait pas te voir. Mais à mesure ou tu vivais, il devenait agressif et je me souviens avoir dit "il n'appartient plus à ce monde. Il faut s'en débarrasser".

Ouais débarrasser carrément. Je crois que jai juste réalise que tu étais bel et bien parti.

J'me sens un peu débile de t'écrire une lettre ouverte alors que tu ne savais même pas lire. Mais tu connaissais mon amour pour toi tellement je te le répétais matin et soir. Nos petits rituels me manquent et meme tes petits raclement de dents contre ma main les soirs où je revenais d'une journée de boulot si chargée que je n'avais eu le temps de profiter de toi plus tôt.

Tu sais selon beaucoup de gens tu n'étais qu'un rat. Je pourrais même pousser le vice plus loin. Tu n'étais rien de plus qu'un rat d'animalerie. Juste... un rat... d'animalerie. Un hooded en plus ! Mais tu étais avant tout NOTRE bébé.

Je ne crois pas toujours à quelque chose après la mort, hormis la réincarnation. Mais avant ca j'espère que tu pourras profiter des retrouvailles avec Spindle. Et que tu pourras à apprendre à connaître mes autres bébés. Et même mon gros chat Tweek, il était très passif. Et mes chiens, surtout Angie ma première chienne, qui adorait les rats. Et puis les autres, animaux ou non.

Allez prends soin de toi avant de prendre soin de nous. T'en fais pas mon gros lard d'amour, tes mamans veillent sur tes frères.

Et pour la toute dernière fois, je t'aime.

 

 

 

Bon je me doute que personne n'aura lu jusqu'au bout et d'un certain côté je m'en fiche. Je ne voulais pas vraiment le rendre publique mais c'est important pour moi de garder une trace écrite à mes compagnons disparus comme je l'ai fais avec Spindle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a des gens qui lisent, tu sais, ici, et qui comprennent tout ça. C'est une lettre très émouvante. Bon courage à toi. Que Jimbo repose en paix sur le nuage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malgré toutes nos différences s'il y a bien une chose que nous partageons tous c'est cette douleur de perdre un compagnon.

Alors nous te comprenons que trop bien...

Tu as offert à ton Loulou une belle et heureuse vie.

 

Je pense bien fort à vous deux et partage votre peine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.