Jump to content
Sign in to follow this  
Ancalimë

[Révision] Ocytocine

Recommended Posts

Comme pour la mise bas, l'article existant ( L'ocytocine)est daté et mérite d'être totalement revu. Sur le super article d'Artefact  nous avons une partie sur l'ocyto qui pourrait tres bien faire l'affaire.

 

 

 

A la suite de l'article sur les problèmes physiologiques des rates à l'accouchement, voici un petit "cours" sur une hormone couramment utilisée en obstétrique, vétérinaire ou non.
 

 

 

L’ocytocine

 

Qu'est-ce que l'ocytocine ?

Quel est son rôle pendant et après la grossesse ?

 

Introduction

 

La naissance des ratons est une étape essentielle dans le processus de reproduction. Lors des complications ou des naissances tardives, l'ocytocine est bien souvent conseillée par le vétérinaire. Il s'agit d' une hormone qui faciliterait l'accouchement, presque une solution miracle. Malheureusement, l'ocytocine n'a pas que des bons côté et il s'agit de bien comprendre son rôle pour l'utiliser correctement.

 

 

I - Qu'est-ce que l'ocytocine ?

L'ocytocine est une hormone normalement libérée dans l'organisme au moment de l'accouchement, qui provoque des contractions de l'utérus nécessaires à l'expulsion des ratons.

Elle est produite par l'hypophyse, plus précisément la posthypophyse, et est remarquablement efficace pour déclencher des contractions des muscles lisses de l'utérus et des mamelles. Elle intervient dans le déclenchement de la mise bas et de l’éjection du lait.

L'ocytocine injectable est commercialisée pour les vétérinaires pour un usage professionnel. Malgré cela, de nombreuses personnes prennent l'initiative d'en posséder dans leur pharmacie avant une mise bas, au cas où des difficultés surviennent. Cette pratique est extrêmement dangereuse et dans la majorité des cas, inutile.

 

II - Mon vétérinaire veut utiliser l'ocytocine

  • L'ocytocine n'agit que si la rate est a terme

Pour que l'ocytocine agisse réellement, il faut que la rate soit bien à terme. En effet, l'ocytocine agit sur l'utérus par l'intermédiaire de zones particulières

(que l'on nomme des récepteurs), servant de régions de couplage entre cette hormone et le muscle utérin. S'il n'y a pas de récepteurs, même avec une injection massive d'ocytocine, l’utérus de la rate ne se contractera pratiquement pas.


Au cours de la gestation, une autre hormone, la progestérone, est sécrétée dans l'organisme. Celle-ci est absolument indispensable à la survie des ratons et au maintien de la grossesse jusqu'à son terme. Si la sécrétion de progestérone s'interrompt, pour une raison ou pour une autre, un avortement survient. Une des actions de la progestérone est d'empêcher l'apparition de récepteurs à l'ocytocine au niveau de l'utérus. En d'autres termes, tant que de la progestérone est libérée dans l'organisme, l'ocytocine est inefficace pour déclencher des contractions de l'utérus.

 

  • L'ocytocine n'agit pas sur l'ouverture du col de l'utérus


L'accouchement, pour se réaliser dans de bonnes conditions, nécessite la conjonction de deux facteurs :

  •  Des contractions utérines doivent se produire pour expulser les jeunes et l'ocytocine y contribue pleinement
  • Le col de l'utérus, sorte de sas qui sépare ces derniers du vagin, doit être ouvert pour permettre l'engagement des ratons. C'est le phénomène de "maturation cervicale". Or, l'ocytocine ne joue absolument aucun rôle sur ce processus.

 

Il n'est donc pas envisageable de déclencher un accouchement chez la ratte avec de l'ocytocine si l'on n'a pas pris la précaution de vérifier au préalable l'état d'ouverture du col.

 

  • Ocytocine et calcium


Cette hormone favorise la mobilisation et l'utilisation du calcium par le muscle utérin, le calcium étant absolument indispensable à toute contraction musculaire dans l'organisme. Le calcium et l’ocytocine ont une action qu’on appelle « co-enzymatique » = ils fonctionnent à deux ! Lorsque l'ocytocine n'agit pas bien au moment de l'accouchement, il est possible de pratiquer une injection de calcium pour tenter de favoriser l'action de cette hormone.

 

Mais ATTENTION:  L’hypercalcémie (présence trop forte de calcium chez la ratte) et l’hypocalcémie (présence trop faible de calcium) sont autant de danger pour la ratte qui accouche.

  • hypocalcémie : pas assez de calcium pour permettre une action groupée avec l’ocytocine
  • hypercalcémie : trop de calcium monopoliserait les récepteurs à l’ocytocine, empêchant celle-ci d’avoir une action efficace.

 

Un bon compromis aux divers stades de grossesse : Ne pas hésiter à donner des apports riches en calcium à la rate gestante, idéalement avant le 18eme jour de gestation.

 

  • Quand utiliser l'ocytocine

 

On a tendance à accepter les injections d’ocytocine proposées par le vétérinaire, car c’est tellement tentant : l’espoir d’éviter la chirurgie et qui sait, de sauver les bébés fait prendre tous les risques. Ne le faites pas sans toutes les connaissances nécessaires. On a tellement envie d’y croire, que l’ocytocine est parfois perçue comme la baguette magique qui va sauver toutes les mises-bas difficiles : ce n’est malheureusement pas vrai.

 

Les injections d’ocytocine sont utiles dans un cas précis : le travail a commencé, les cols de l’utérus sont dilatés, les bébés ont une taille et une morphologie normale, aucun bébé n’est coincé, mais les contractions ne sont pas ou plus assez fortes, ou se sont interrompues et ne sont pas revenues malgré l’observation d’un temps de pause raisonnable. Dans ce cas, et dans ce cas uniquement, l’injection d’ocytocine peut être utilisée pour relancer le processus. Plusieurs précautions sont à prendre :

  • Il est inutile d’injecter une forte dose d’ocytocine. L’utérus réagit à de très faibles doses ; en revanche, si on le bombarde d’une trop grande quantité d’ocytocine, les récepteurs à cette hormone peuvent se retrouver complètement saturés, et donc incapable de répondre ensuite à de nouvelles arrivées d’ocytocine. L’utérus se retrouve « désensibilisé », et ne réagira plus.
  • De la même manière, il est inutile de répéter encore et encore les injections. Après deux injections séparées de 45 minutes, il est inutile d’insister : une nouvelle injection ne pourra que tétaniser et désensibiliser l’utérus.
  • La rate ne doit pas être en hypocalcémie. Sans carburant, l’utérus ne pourra pas se contracter, même si l’ocytocine lui en envoie les messages répétés. S’il y a des raisons de soupçonner que votre rate manque de calcium (ce que le vétérinaire pourra éventuellement déceler par un trouble du rythme cardiaque ou des tremblements), il est possible de lui en faire injecter, mais cette injection présente un risque cardiaque si elle est mal dosée. Il est également possible de donner un complément alimentaire, mais le délai d’action risque d’être trop long. D’où l’importance de bien veiller aux apports de calcium pendant la gestation.

 

Dans tous les autres cas, l’ocytocine est inutile et dangereuse. Si le col de l’utérus n’est pas dilaté, provoquer les contractions ne va servir qu’à décoller les placentas sans que pour autant les petits ne puissent sortir : ils vont se retrouver piégés dans l’utérus et privés d’oxygène. Si un petit est coincé, l’ocytocine ne lèvera pas la cause mécanique à l’origine de cette obstruction, et le bébé ne pourra que souffrir davantage, comprimé par l’utérus et asphyxié. Dans le pire des cas, les contractions intenses et forcées autour d’un petit malformé ou mal positionné peuvent conduire à la rupture utérine (l’utérus « éclate ») et à une grave hémorragie. Enfin, si l’utérus n’a pas eu le temps de se reposer, l’ocytocine ne va servir qu’à le tétaniser davantage et le rendre atone ; s’il est déjà épuisé ou en manque sévère de calcium, l’ocytocine n’y changera rien. Bien évidemment, il est parfaitement inutile et dangereux d’utiliser l’ocytocine pour accélérer une mise-bas qui se passe bien : il est normal que la mise-bas prenne un peu de temps et il n’y a rien à gagner à vouloir aller plus vite que la musique. Vous risquez de tétaniser un utérus qui fonctionne bien, et de provoquer une hémorragie (un utérus qui ne se contracte plus saigne davantage, en particulier là où les placentas étaient accrochés).

 

 

III - Délais d'action et d'administration

 

Si toutes les conditions sont réunies, le vétérinaire va effectuer une première injection. Le pic d’activité se produit normalement entre 10 et 20 minutes après l’injection. Si les contractions n’ont pas repris, ou pas de manière assez forte, il est possible de faire une deuxième injection 30 à 45 minutes après la première. S’il n’y a toujours pas d’effet, il est inutile (et dangereux) d’insister. Concrètement, cela signifie que s’il n’y a toujours pas de naissance une heure après la première injection d’ocytocine, il va falloir intervenir chirurgicalement. C’est la raison pour laquelle il est déconseillé de rentrer chez vous avec une rate qui vient de recevoir de l’ocytocine, ce que les vétérinaires proposent parfois : si c’est inefficace, vous aurez à peine le temps de faire l’aller-retour. Restez sur place pour pouvoir intervenir rapidement.

 

 

Conclusion

 

Compte-tenu de tous ces risques, Il faut absolument consulter votre vétérinaire : il pourra examiner la rate, vérifier l’ouverture du col (le vagin de la rate est très court, son col peut être observé facilement), la palper ou pratiquer un examen complémentaire (radiographie, échographie) pour s’assurer qu’aucun petit ne bloque le passage ou que votre rate ne souffre pas d’une malformation empêchant la naissance. Et vous serez sur place si quelque chose dérape ou si l’ocytocine ne fonctionne pas.

Si l’ocytocine n’est pas indiquée dans le cas précis de votre rate, ou si elle l’était mais est inefficace après deux injections espacées de 45 minutes, le vétérinaire doit intervenir chirurgicalement sans attendre davantage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.