Aller au contenu

Messages recommandés

ATTENTION: Malheureusement la génétique des marquages n'est pas aussi précise et simple que cette des couleurs, poils ou oreilles. Il s'agit surtout de grandes tendances, mais qui ont fait leurs preuves à travers les multiples portées observées par des éleveurs du monde entier.

 

Chaque marquage est définit par un standard "idéal", mis en place par des groupes d'éleveurs élevés en associations. Vous pouvez par exemple retrouver ceux de la NFRS par ici -> http://www.nfrs.org/articlesvarieties.html

 

Mais dans la réalité les marquages sont plus ou moins éloignés du standard, et encore plus par chez nous (en France), vu que nous ne travaillons pas sur ce sujet. A force d'outcrossing nous avons tout mélangé, et il est bien souvent difficile de poser un nom sur un marquage.

 

Il faut de plus bien comprendre que le marquage visible n'est pas FORCEMENT le marquage génétique de votre rat! Par exemple un rat uni, sans blanc sur le ventre, peut très bien être irish génétiquement. Chaque marquage à une étendue variable, et ce qu'on voit n'est jamais sur. La seule façon de savoir c'est de reproduire ce rat, dans des conditions précises, en testant un marquage précis.

 

 

 

1 -Le Hooded

 

Le marquage "de base" est le hooded (h), à l'origine de nombreuses autres variations. Lui même est divisé en plusieurs "catégories", avec différents niveaux de blanc:

* h est le Hooded "de base", celui avec une bande dans le dos

* hi est l'Irish

* hn est le cappé

* He est à l'origine des surmarquages type BEW, patché

* Hre est un copain de he, avec les mêmes effets, sauf qu'il est létal en homozygote.

 

Ils peuvent être classés ainsi, du plus au moins coloré : hi > h > hn > he > Hre

 

Il y a deux "modifieurs" sur le hooded:

* hm(s) donne une bande plus courte (h/h - hm(s)/hm(s) donnant un barback)

* hm(l) donne une bande plus longue (h/h - hm(l)/hm(l) donnant un hooded avec une belle longue bande)

 

 

2 - Uni et Berkshire

 

Les autres marquages les plus "basiques" et faciles, incluant le hooded (ou son absence), sont les suivants:

* L'uni noté H/H

* Le berkshire noté H/h

 

Hooded x Hooded = h/h x h/h = 100% de h/h (Hooded)

Hooded x Berkshire = h/h x H/h = 25% H/h et 75% h/h (berkhsire et hooded)

Hooded x uni = H/H x h/h = 100% H/h (berkshire)

Berkshire x Berkshire = H/h x H/h = 25% H/h, 25% H/H et 25% h/h (berkshire, uni et hooded)

Berkshire x Uni = H/h x H/H = 75% H/H et 25% H/h (uni et berkshire)

Uni x uni = H/H x H/H = 100% H/H (uni)

 

Attention, ça ne fonctionne qu'avec des rats exprimant GÉNÉTIQUEMENT ces marquages, sans modifieurs.

 

Nous voilà avec notre rat berkshire mais... qu'est-il génétiquement?

* H/h ?

* He/H?

* He/hi?

* ...

 

C'est bien là qu'est tout le souci, sans rats dont on connait la valeur génétique, sans lignée précise, impossible de savoir.

 

3 - Le vari

 

Vaste sujet que celui-ci, avec au final peu de documentation. Les seules infos un peu disponibles sont celles sorties des portées d'éleveurs qui bossent avec (alors que sur le Hooded il y a pas mal de documentation scientifique). L’élément créant la "variagetitude" n'a pas vraiment de nom, mais on peut souvent le retrouver sous "v" (ou V si le rat ne le possède pas).

 

Généralement les éleveurs ne travaillent pas avec des rats h/h, mais plutot des rats He/hi ou He/H. le but du jeu est de les rendre homozygotes v/v et donc d'avoir des rats He/hi v/v ou He/H v/v. Le fait d'utiliser He permet d'obtenir des tâches diffuses et nombreuses, là où un rat h donnera seulement une bande grossièrement fractionnée. Idem un rat hi/hi aura une bande non fractionnée de couleur et très peu de taches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La génétique des marquages m’intéresse de plus en plus (plus par curiosité que par réel intérêt en repro vue que mon but c'est d'avoir tout pleins de petits uni :) ) je trouve vraiment dommage qu'il n'y ai pas plus d'articles... J'en ai trouvée pratiquement aucun qui expliquaient clairement le mode de transmission en fait, et j'ai découvert il y a peu les codes génétiques, notamment grâce à cet article...

Je suis pas très douée en anglais, mais est-ce que certains ont le nom de sites anglophones qui en parlent plus en profondeur ? Je me rappelle avoir vue une page qui expliquait pas trop mal quels marquages ont le plus de chances de ressortir en croisant 2 rats de tel ou tel marquages, mais j'arrive pas à remettre la main dessus :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ça Artefact ! Merci tu m'évites des heures et des heures de recherches, et d’énervement :D

 

"Rats separated by two levels or more will produce the levels between them, but will not produce their own level"

J'ai trouvée ça super interessant, je le lirai bien comme il faut demain :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui le coup du "ça va donner des maquages entre ceux des parents" marche plutôt bien même si ce n'est pas une règle immuable ^^ C'est d'ailleurs hyper pratique vis à vis des problèmes de megacolon, deux rats disons irish et berkshire qui donnent un masqué y'a fort à parier qu'il y a un problème plus grave dessous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sympa pour le lien Artefact!

 

deux rats disons irish et berkshire qui donnent un masqué y'a fort à parier qu'il y a un problème plus grave dessous.

Ça ça semble logique, mais pas pour tous le monde vu que certains sont hyper joyeux et continue avec ces mêmes rats ><

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolée je remonte un post assez ancien. Pouvez vous m'expliquez le fait que certains mélanges de marquages soient responsables par exemple du mégacôlon ? A quoi faut-il faire attention du coup ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'idée principale est là : http://www.ratbehavior.org/megacolon.htm

Cependant on sait aussi que c'est plus compliqué que ça, puisqu'il peut y avoir des rats non marqués avec mégacôlon et réciproquement.
Il y a interactions entre plusieurs gènes (de mémoire au moins 6 ont été identifiés comme facteurs potentiels) et certains d'entre eux sont à pénétrance incomplète.
Bref c'est le bazar, et chacun place sa stratégie entre deux "extrêmes" : ne pas toucher aux petits marquages du tout ("j'y comprends rien donc principe de précaution"), ou y aller à la sélection a posteriori bourrine ("reproduisons, sélectionnons les rats non atteints et euthanasions les autres, et avec un peu de bol à la fin on aura des marquages propres.")

Honnêtement, après des années à décortiquer le problème, on n'a pas beaucoup plus de réponses que ça en réalité...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour le lien Arte  ! 

Ca me fait echo chez le chat d'une amie qui etait blanc complet. Il etait completement taré et est devenu sourd rapidement.

Son veto a fait le rapport avec le fait qu'il etait blanc mais sans rentrer dans les détails à l'époque. 

Et une autre chat blanc avec un oeil bleu et un oeil vert avec probleme d'audition également  :  vu dans un documentaire.

Je comprends mieux le rapport maintenant.

Dc il faut eviter les blazed c'est ça  ? 

Ou ce type de marquage  ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas forcement. On peut très bien avoir du megacolon sur un rat uni. Ceci étant la grande majorité des cas sont sur des rats avec des grands marquages. En fait ce qui joue le plus c'est l'expérience et les infos sur la généalogie du rat. A force on reconnait le "ça pue" du "c'est normal". C'est pour ça qu'on conseille pas aux novices de prendre ce type de marquages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok ok bon à savoir en tous cas  ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Limë, je suis en pleine étude de la génétique des marquages depuis quelques mois, et particulièrement des marquages high white. Aurais-tu un lien LORD ou autre vers une portée ayant donné un mégacôlon sur rat non DWS ? (DWS = dominant white spotting, sans prendre en consideration les genes high white.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France non, ils ont toujours eu des marquages visuellement "merdiques". A l'étranger oui, y'a eu, mais y'a généralement pas grand chose de public....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok, je vais chercher à l'étranger alors. Tu as une portée en tête quand tu dis ça ? Ou un pays ?

Parce que de ce que je vois en France, j'ai l'impression que tous les rats high white sont porteur d'un marquage DWS plus ou moins marqué (allant jusqu'à la micro-étoile), comme tu le dis, donc ça serait beaucoup plus simple à expliquer niveau génétique si c'était le cas.

 

De plus, je m'interroge sur cette histoire de rats avec des recessive blaze, don't j'entends parler un peu partout.

J'ai essayé de regarder un peu aux États-Unis, les rateries qui le travaille, mais leurs génés sont super dur à suivre, tout est caché comparé à la France.

Donc de ce que j'ai vu en France, rien ne semble affirmer qu'il existe un gène alternatif pour avoir des flèchés et co, puisque ce gène se conduit exactement comme le gène high white (qui d'ailleurs est dominant, donc pour cette appellation de recessive blaze ??).  La encore, je n'ai jamais vu de rats non DWS donner naissance à des DWS. Mais que ce soit des lignées saines sans les modificateurs récessifs, responsables du MC quand couplés au gène HW, ça, je veux bien le croire, par contre.

Mais si quelqu'un a des éléments que je n'ai pas pour prouver l'existence de ces flèchés, je suis preneuse également.

 

Juste, que je sois sure de ne pas dire de bêtises (et donc de me tromper depuis des mois), on est bien d'accords que le "gène HW", responsable des DWS est Sox10(Dom) et qu'il est dominant ? Et que c'est couplé à des modificateurs récessifs qu'il donne des MC ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est l'hypothèse / le modèle de travail oui. C'est sûrement un peu plus compliqué que ça, mais ça semble décrire / prédire pas trop mal. "All models are wrong, but some are useful", comme dirait l'autre ^^

 

Et oui, c'est quand on va voir dans d'autres pays qu'on apprécie d'autant plus la culture de transparence "à la française" !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu plus compliqué que ça. Il existe plusieurs gènes/combinaisons pouvant induire un mégacolon génétique. Chez le rat on a pas grand chose niveau études à ce sujet, on fait surtout avec l'expérience et les retours des éleveurs. On a eu un retour avec cette histoire de Sox10(Dom) mais c'est clairement pas le seul moyen ET c'est pas gravé dans le marbre. Mais la théorie tenant pas trop mal la route, autant la partager, si elle peut aider un peu

 

En fait la version "récessive" c'est la combinaison de certains marquages et/ou modificateurs entre eux. Ils ne sont pas dominants, sont prévisibles et ne provoquent pas de megacolon

 

Ce qu'on a pu remarquer ici, c'est que les rats "douteux" ont souvent trop de blancs, un marquages "qui n'aurait pas du etre la" vu les parents. Genre deux berkshires qui te font un masqué, c'est douteux !

 

Le souci des généalogie c'est aussi qu'on donne souvent le type selon ce qu'on voit et pas selon la génétique du rat. Genre un visuel d'irish peut etre un berkshire et inversement. Du coup c'est souvent dur de dire "ca c'est normal, ça c'est pas normal" si les rats ont été mal identifiés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors, oui, quand je parlais de Sox10(dom), je parlais du gène "principal" du HW. Les autres, il n'y a tellement pas d'infos dessus, que je les ai mis à la trappe...

 

Citation

En fait la version "récessive" c'est la combinaison de certains marquages et/ou modificateurs entre eux. Ils ne sont pas dominants, sont prévisibles et ne provoquent pas de megacolon

Je vois bien ce que tu veux dire, et comme tu as plus de recul dans le monde ratouphile que moi, tu dois avoir raison, mais pourtant, tout me porte à croire que son existence est peu probable (qu'est-ce que tu veux, je suis du genre sceptique, il me faut des preuves solides par moi-même, et pour le moment, je n'en ai pas eu)... Je dois encore potasser un peu, mais je reviendrai vers toi quand j'aurai des arguments et des cas précis. Ou quand j'aurais démonté ma théorie. XD

 

C'est dommage de donner le type du rat par son physique et non par la génétique... Ce serait tellement plus précis... Mais en France, on est drôlement plus centrés couleurs, donc personne ne prend trop la peine de le faire, j'ai l'impression...

 

il y a une heure, Artefact a dit :

Et oui, c'est quand on va voir dans d'autres pays qu'on apprécie d'autant plus la culture de transparence "à la française" !

Mais tellement !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait on fait pas exprès. Genre un rat peut etre visuellement irish MAIS génétiquement berkshire et pour le savoir baahhhhh faut repro. En encore, faut repro en sachant ce qu'on met en face ><

 

Tiens par exemple http://www.afrma.org/geneticcodesrat.htm

 

he (extreme) donne des rats blazed/masqués et autres, n'est pas dominant et ne donne pas de MC (https://link.springer.com/article/10.1007/BF00057932)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je comprends...

 

J'avais déjà lu la base de l'AFRMA, mais elle date un peu, y a certains trucs qui ne sont plus du tout à jour, donc je la prends avec des pincettes.

 

Et du coup, pour h(e), c'était justement le gène qui me cassait la tête depuis quelques temps, parce qu'impossible de prouver par des croisements théoriques son existence (un coup, il donne du BEW, un coup du capped, un coup du vert à pois roses et je fais quoi avec ça, moi ? XD).

Du coup, je vais aller lire très sérieusement ton lien, il m'intéresse beaucoup. Si tu en as d'autres, ou si tu as des sites avec des publis scientifiques intéressantes à me passer, je prends (j'ai déjà lu des publis sur le hooded et le bareback et sur l'irish, mais à part ça...).

Modifié par Eva92

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut aussi comprendre que dans les marquages ce n'est pas aussi précis que dans les couleurs. Un gène de marquage ne va pas s'exprimer pile poil toujours pareil + il va être impacté par tous les modificateurs liés et les autres gènes qui trainent par là.
 

Par exemple j'ai eu des rats visuellement unis qui étaient génétiquement irish. Un capé peut n'être au final qu'un hooded un peu short. Il y a souvent 1001 façons d'arriver à un marquage, et c'est ce qui rend l'exercice difficile.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, je comprends bien, ce n'est pas facile.

Rien que quand tu vois que hooded et bareback, c'est hh+des modificateurs, alors que ce sont deux des marquages les plus courants...

Mais je veux quand même essayer d'en tirer un modèle le plus précis possible.

 

Tu n'as pas de sites de publis scientifiques sur les marquages à me conseiller du coup ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De mémoire y'a quasi rien en publi. Y'a celle bien connue sur le hooded et après c’est un peu la tristesse :/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, sur le hooded (et le bareback), j'ai été servie, mais pour le reste... XD

En tout cas, merci pour tes réponses !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.