Aller au contenu
evepandore

Débat : La vie d'un rat domestique... chienne de vie ?

Messages recommandés

Dans une précédente conversation, j'ai découvert le beau texte de Diane, sur les cas de "solitude imposée" http://www.zorange-m...ines-croisades/.

 

 

Je cite un passage :

 

"Minuit dix. Camille rentre. Ratatouille se réveille en sursaut et bondit avec allégresse à sa rencontre. Camille lui ouvre la porte, il se précipite pour lui lécher les mains, il sautille autour d’elle, lui fait la fête comme s’il ne l’avait pas vue depuis des mois. Il ne montre que joie et empressement. Un peu trop d’empressement, d’ailleurs. Il se raccroche maladivement à sa maîtresse, sa seule source de joie, le seul être avec lequel il puisse interagir. Camille est fatiguée et ne pourra pas le laisser sortir plus d’une demi-heure, le temps de se préparer pour aller dormir. Ratatouille s’échine à combler ces heures d’absence, de vide, il vit en accéléré, il court, il saute, il grimpe, il tente frénétiquement d’accaparer l’attention de Camille. Camille le pense heureux, quelque peu hyperactif. Elle sourit."

 

J'ai beau avoir 3 rates ensemble, ce texte réveille chez moi un sentiment de culpabilité... A travers ces quelques lignes, je retrouve le comportement de mes 3 rates. Je revois mes ratounes accrochées aux barreaux qui demandent à sortir le matin, quand je n'ai pas le temps car je pars au boulot. Elles sont peut-être mieux à 3 que seules, mais bon j'ai l'impression qu'au final elles sont 3 à s'ennuyer plutôt qu'une...

 

Quand je joue avec elles, oui, elles ont l'air contentes. Mais le reste du temps, quand je travaille, quand je mange, quand je mène ma vie, elles ont beau être trois, elles n'ont pas grand chose à faire... Oui, quand je les sors et que je les mets sur le lit, avec des tas de bidules pour monter dessus et se cacher, elles sont contentes. Elles jouent une demi-heure à tout casser. Et puis une fois qu'elles ont fait le tour de la question, si je ne reste pas avec elles, elles retournent dormir parce qu'il n'y a rien d'autre à faire... Oui je leur ai acheté une méga grande cage pour leur offrir quelques cm2 de bonheur en plus. La visite les a occupées pendant une bonne heure le jour de l'installation, puis... elles sont retournées dormir... Se faufiler dans des super tunnels, c'est rigolo deux-trois fois, mais ça ne suffit pas à tromper l'ennui quotidien. Oui elles jouent à se bastonner une poignée de minutes par jour.. Mais on est quand même loin de la grande éclate que certains décrivent pour en convaincre d'autres de prendre plusieurs rats.

 

Ca ne vous arrive jamais de vous questionner sur la légitimité de votre choix : posséder un animal en cage... ? Parce que moi c'est le cas, vous l'aurez compris. Parce que oui, elles font plaisir à voir quand je m'occupe d'elles, mais peut-être que comme Ratatouille, elles "s’échinent à combler ces heures d’absence, de vide, elles vivent en accéléré, elles courent, sautent, grimpent et tentent frénétiquement d’accaparer l’attention" de leur seul et unique objet de divertissement... Est-ce que d'autres personnes sont, comme moi, déchirées entre le malaise de retenir en cage et la contrainte de canaliser les instincts destructeurs de ces ptits monstres ?

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Comme tu le dis toi-même, les laisser en totale liberté, c'est très difficile, aussi bien pour tes affaires que pour leur sécurité, et tu fais tout ce qu'il faut pour qu'elles aient une vie très agréable, dis-toi que si elles étaient en liberté dans la nature elles ne seraient certainement pas aussi bien, et peut-être déjà plus de ce monde, et que même si elles s'ennuient parfois elles ont la belle vie. Le concept de cage j'ai beaucoup de mal avec aussi (je déteste aller au zoo entre autre), mais là tu n'en mets pas un seul dans une cage sans t'en occuper du tout, donc si avec tout ça elles s'ennuient, à part leur trouver de nouveaux jouets que tu fabriques toi-même, des friandises sur lesquelles elles passent du temps (genre l’œuf dure)...

Donc pour répondre en bref à ta question, me concernant oui je me demande toujours si avoir des bêtes en cage c'est vraiment bien pour elles, mais je me dis toujours que ce n'est pas le mieux peut-être, mais que si je fais attention à elles et que je leur donne mon amour, alors elles auront une belle vie qui vaut peut-être le coup d'être passée en partie en cage :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve tes interrogations légitimes, mais je pense simplement que tes louloutes sont plus casanières que d'autres tout simplement, et si ça les rend heureuses de dormir, elles dorment. ^^

 

Je t'assure que si toutes les personnes possédant un/des rat(s) les traitaient comme tu le fais (sorties, jeux, etc), il n'y aurait pas autant de sauvetages ou de replacements.

 

Si tu veux mon point de vue, ça me fait aussi mal au coeur des les remettre dans leur cage quand je vais me coucher, même si elles sont contentes d'avoir leur petite chips de banane en rentrant, même si elles sont sorties depuis 3h. Mais elles sont deux et n'ont plus le même caractère qu'un rat sauvage, et je sais que "personne leur offrirait une meilleure vie que moi", même si elles passent beaucoup de temps en cage, comme tous. Je me persuade chaque jour que je m'en occupe bien et qu'elles seraient pas mieux ailleurs quoi!

 

Pour moi, des rats nourris correctement, qui ont une belle (grande) cage bien amménagée, à qui on porte énormément d'attention (ce que je fais), qu'on sort minimum 2h par jour, bah je vois pas comment ils pourraient être plus heureux. :)

 

Bon, après, elles se jettent aussi sur les barreaux quand je passe devant la cage le matin par exemple, ça me fait vraiment chier de pas pouvoir les sortir, mais je leur parle, les caresse et leur fais des bisous à travers les barreaux, je leur explique que ce soir je les sortirai, je leur dis de bien s'amuser ensemble en attendant, etc.

 

Enfin voilà, tant que je les sors 2h minimum tous les jours, que je les nourris correctement et que je leur apporte beaucoup d'attention/d'affection, je m'inquiète pas par rapport à leur bonheur. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les rats c'est comme les enfants, c'est à fond pour un truc nouveau et quand ça devient quotidien ça s'ennuie!!

 

Je suis sure que si tu leur laissait tout ton appart, ça les amuserait un certain temps et ensuite elles feraient pareil, alors se planquer dans un coin pour dormir. J'ai eu une rate qui vivait en liberté chez mes parents, bah si au début c'était la fête, après elle rentrait souvent d'elle même dans sa cage pour pioncer confort...

 

La semaine je les vois aussi au taquet accrochés aux barreaux quand je pars au taff, mais le WE quand c'est ouvert plus de 14h de suite et qu'ils pourraient en profiter, ils sortent 1h et après dodo...Même quand je suis là, c'est bien souvent quelques dizaines de minutes à profiter et après on se planque dans le pull de l'humaine pour pioncer (des fois c'est même frustrant lol).

 

Pour moi il n'y a pas a culpabilisé de ce comportement qui me semble normal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme toi, je me suis posée la question au début. La cage me dérangeait, je me demandais s'il était bien éthique de faire vivre un animal en cage.

Rapidement, j'ai observé deux faits :

- Lors des "sorties" (très longues chez moi : 4 à 6 heures jusqu'à l'année dernière, désormais 16 heures par jour : de notre lever à notre coucher), mes rats passent une grande partie de leur temps... dans leur cage, dont la porte est pourtant ouverte sur le lieu de sortie. C'est chez eux. C'est leur espace à eux, rassurant, familier. Ils y retournent d'eux-mêmes, tout-à-fait librement. Ce n'est pas un endroit qu'ils fuient ou qu'ils vivent comme une punition, au contraire. Dans mon premier appartement où la cage était posée sur un meuble et où les rats ne pouvaient y rentrer que si je les y portais, ils demandaient à y retourner.

- Un jour, j'en parlais avec un mon conjoint. Il m'a dit simplement : si je te jetais en dehors de chez toi en te disant "vas-y, sois libre !", ça te plairait ?

 

Je crois qu'il faut tordre le coup au mythe de la "liberté", et d'un bonheur à vivre à l'état de nature qui serait supérieur à la vie "en captivité", au moins pour des espèces domestiques. Il faut rompre avec cette utopie. L'histoire entière de la domestication de l'animal est un échange de confort et de services : je te fournis un toit et à manger, tu me fournis ton lait, ta laine, tu gardes mon troupeau, nous nous apportons une affection mutuelle. La nature, c'est avoir froid, faim, être menacé en permanence par les prédateurs : est-on vraiment plus "libre" si on ne se préoccupe que de sa survie ? La "liberté" est-elle supérieure au confort et aux joies ?

 

D'ailleurs, ne vivons-nous pas nous-mêmes dans des formes de cages très évoluées ? et sommes-nous plus malheureux pour autant que Vendredi sur son île déserte ?

 

Je n'ai plus de scrupules à faire vivre mes rats dans une cage (où ils passent une bonne partie de leur temps de leur propre chef, d'ailleurs). Je pense que nous, humains, vivons d'autant plus mal la cage que les barreaux ont une sémiotique forte (barreaux = prison), alors que pour nos animaux, c'est simplement chez eux, c'est leur appartement. Alors c'est vrai, ils ne peuvent pas en sortir quand ils veulent puisque c'est nous décidons de l'ouverture de la porte. Mais je pense qu'on peut trouver aussi un temps de sortie (et un espace vital par tête de pipe) qui fait que ça ne leur pèse pas tant que ça, ou qu'au moins, cette part de captivité est un prix à payer tout-à-fait acceptable par rapport à ce que nous leur offrons. Avec une royale pour 7 rats et la porte ouverte 16 heures par jour, je ne vois presque jamais de rat accroché aux barreaux demandant à sortir - ça arrive, c'est vrai, mais nous, est-ce que nous faisons tout le temps tout ce que nous voulons ? la vie n'est elle pas assortie de contraintes pour tout le monde, et la "liberté" n'est-elle pas bien plus, bien autre chose que pouvoir aller et venir en permanence à notre guise ?

 

Il m'arrive assez souvent de penser que la vie de mes rats n'est pas tellement moins enviable que la mienne.

 

En tous cas, la cage ne me dérange plus. Je peux me tromper, mais je crois mes rats heureux - et surtout, je ne crois pas qu'ils seraient plus heureux s'ils étaient plus "libres".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(j'ai pas de truc constructif à dire au réveil, mais je voulais juste vous dire que c'est super intéressant de lire vos points de vue sur la question, bonne idée de "débat" evepandore :) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(réveil à 11h54 :love:... chanceuse!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si on regarde également "dans la nature", leur "cage" c'est leur terrier. Ils peuvent en sortir s'ils le veulent, mais y restent à cause de contraintes exterieures (bien souvent ... le danger de mort).

 

Les filles à la maison me font aussi le coup du "on est accrochées aux barreaux!!!" sauf que j'ouvre, elles sortent et 5 minutes plus tard sont déjà dedans... Idem elles veulent absoooooooooooooooooolument être sur moi, mais une fois qu'elles y sont elles veulent retourner à la cage...

 

Du coup je laisse la porte ouverte, elle font des aller-retour et sortent en fonction de leur envie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui voilà, je fais exactement pareil ici. Elles décident en fait! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pareil ici :) L'homme arrive plus facilement à les garder sur lui grâce à son sempiternel sweat à capuche!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très intéressant comme débat!!! Le rat est déjà tellement dénaturé qu'une vie en cage peut lui convenir selon moi!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Ma première tribue était bien plus libre que les suivante (question de temps et d'appartement). Finalement lors des très longues sorties ils passaient surtout leur temps à chercher un coin où dormir tranquillement ... puis à y dormir. Ils venaient parfois me voir, s'activaient si ça sentait bon à manger ("diiis, tu m'en donne ?") et c'est bien tout. Il y avait bien Reinhardt qui était plus actif que les autres: il passait des heures à construire un nid pour dormir dedans !

J'ai aussi eu un rat associal, Merlin, qui vivait seul. Il était tellement peureux qu'il n'osait pas dessendre du canapé et du bureau (ils communiquent).

 

En bref, comme certaines des réponses je ne pense pas qu'avec plus de liberté les rats soient foncièrement plus heureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vos avis étaient bien intéressants, et même, convaincants et rassurants :) D'un côté je ne suis jamais très réceptive à l'argument de la nature hostile, considérant que ce n'est jamais qu'un point de vue culturel et relatif d'être humain occidental, moderne, sédentaire, baignant dans la valorisation de la civilisation protégée et pacifiée versus nature=barbarerie/sauvagerie/cruauté. Ce ne sont jamais que des classements à travers lesquels on voit le monde. Si on prend des critères objectifs comme la longévité et les troubles de la santé on voit bien que - bien qu'à l'abri de tout prédateur - le pronostic vital est plus faible en captivité où agissent le stress, l'ennui, le partage du mode de vie humain qui n'est pas forcément adapté (pour revenir aux rats, il n'y a qu'à songer à la fréquence des cancers qui sont directement liés à notre mode de vie). Et puis c'est un argument souvent utilisé par des éleveurs de grandes productions ou encore par des éleveurs de cirque peu scrupuleux - l'éléphant serait bien mieux à passer sa vie entière dans une cage en roulotte que dans la nature pleine de dangers pour lui... L'Homme au centre du monde, sauveur de la Nature en danger.

 

Par contre, lire que l'imaginaire des barreaux est tout autant un transfert de nos représentations culturelles sur nos animaux, ça me cloue le bec :)

 

Et puis vos récits à propos des folles aventures ratounesques lorsqu'ils sont en liberté (RRrrrrrron) c'est assez clair et ça met tout le monde d'accord : le bonheur c'est le nid ! ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou,

 

Mes loulous sont en quasi totale liberté (même s'ils ont des grandes cages, je voulais qu'ils puissent être au maximum libres) je dis quasi liberté parce qu'ils sont limités seulement aux passages du chat mais sinon quasi toute la journée ils peuvent sortir et toute la nuit puisque le chat la nuit soit il sort dehors soit il dort avec nous.

Aucun problème de rongements ici, la seule fois où j'en ai un qui a commencé à s'attaquer à un fil électrique c'est un loulou que je venais tout juste de récupérer et qui sortait pour la première fois de sa cage ici, je lui ai dit non et l'ai délogé, il n'a jamais recommencé.

Evidemment avec tout nouvel arrivant je surveille les premiers temps, le seul autre vrai problème que j'ai pu avoir c'est avec ce même loulou, alors qu'il était en quarantaine d'avant intégration, il enlevait la tapisserie de ma chambre si ma porte de chambre était fermée, en gros pas content de pas pouvoir visiter toute la maison (faut dire que je l'ai pris pour ça lui^^ je voulais le plus explorateur et intrépide de la portée sur ce coup-là pour stimuler mes 2 patates). Mais dès qu'il a pu avoir accès à la quasi liberté totale comme les autres, plus de souci.

Ici jamais aucun barreau n'a été rongé, je suppose donc que c'est une activité dûe à l'ennui et/ou au fait de vouloir sortir de la cage.

Après ils sont moyennement propres, c'est à dire que certains reviennent dans la cage pour les cacous et que d'autres choisissent un coin du salon et font toujours à ce même endroit lors des longues sorties.

Après voilà je fais ça en étant ok pour ne pas avoir un intérieur irréprochable, je leur laisse une liberté énorme qui inclut des désagréments que j'accepte (puisque les loulous sont biens :) ) mais qui pourraient en déranger beaucoup.. on fait gaffe quand on marche pour ne pas écraser un loulou, quand je fais un tas de linge sale je revérifie avant passage à la machine qu'un couillu n'est pas venu se loger dedans pour sa sieste, ils faut faire gaffe à ne pas laisser trainer un paquet de gateau ouvert dans le salon la nuit sinon le lendemain y'en a qui se sont servis ("nous? :non: non non c'est pas nous c'est le chat.. :roule: ."), évidemment on vérifie toujours qu'il n'y en n'ait pas un au sol au passage du chat, ils ont fait un trou dans le plaid recouvrant le canapé (ça c'est rien comparé aux fois où j'ai oublié de fermer le placard de ma chambre et certains de mes tee-shirts préférés ressemblent ensuite à de la dentelle ("c'est pas nous :siffle: ") et des fois j'ai cherché un moment avant d'en retrouver un planqué ici ou là, un tabouret creux a été squatté quelques jours durant, le meuble télé a été squatté quelques semaines durant... ben oui ici ils décident où ils veulent emménager :D dans la mesure du possible bien sur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et les loulous sont loins d'être tout le temps dehors (à part quand ils décident d'aller squatter spécialement un coin de l'appartement et de s'y établir) mais ils sortent quand ils veulent donc quand même potentiellement plus qu'un rat régulièrement enfermé puisque dès qu'ils en ont envie, ils peuvent aller se gambader. Et je constate qu'ils aiment bien leur cage comme ils aiment bien une boite : ils dorment bien là où ils se sentent en sécurité donc dans un lieu fermé. Ce qui fait que, les portes de leur cage étant toujours ouvertes, ils aiment mettre du tissus devant la plus grande ouverture pour boucher l'entrée (maintenant je leur pend un tissu un peu comme un rideau).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve ça vraiment cool que tu arrives à gérer une telle liberté. Moi je suis vraiment craintive sur mes fringues (étagère sans porte), mes bouquins et dossiers (chambre d'étudiante) et suuuurtout mon bordel de fils électriques. Mon ex a failli mourir comme ça ! J'explique : ma ratte de l'époque avait rongé le fil électrique du frigo sans qu'on s'en aperçoive. Un jour il a été en contact avec ce fil tandis qu'il y avait de l'humidité. Il s'est fait électrocuter et il est resté de longues minutes sur le sol sans pouvoir bouger son corps (il était seul). Autre incident, cette fois dramatique pour la ratte en question : elle avait réussi à se faufiler dans la salle de bain, et je ne sais pas pourquoi ni comment, elle s'est retrouvée dans la cuvette des wc. Ma mère, l'ayant cherchée pendant des heures, a retrouvé sa queue qui dépassait au fond des wc. Elle n'avait pas pu remonter et respirait par le conduit. En voulant l'attraper, elle lui a fait peur, la ratte a détalé dans le conduit et on ne l'a jamais revue. Je vous laisse imaginer ce que je ressens encore...

 

Moins dramatique mais dur à gérer au quotidien : les chaussures et les manteaux rongés (allez, 100 euros dans les dents), les petits coins réquisitionnés pour le nid infectés par l'urine... (comme le bac en bois du canapé lit, impossible à nettoyer)

 

Bref, C'est pas toujours évident quand même... :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un côté je ne suis jamais très réceptive à l'argument de la nature hostile, considérant que ce n'est jamais qu'un point de vue culturel et relatif d'être humain occidental, moderne, sédentaire, baignant dans la valorisation de la civilisation protégée et pacifiée versus nature=barbarerie/sauvagerie/cruauté. Ce ne sont jamais que des classements à travers lesquels on voit le monde. Si on prend des critères objectifs comme la longévité et les troubles de la santé on voit bien que - bien qu'à l'abri de tout prédateur - le pronostic vital est plus faible en captivité où agissent le stress, l'ennui, le partage du mode de vie humain qui n'est pas forcément adapté...

 

Je reviens juste sur ce point : il faut surtout dissocier captivité "bien pensée " (empreinte de considérations éthologiques) et captivité "de facilité" (celle dont tu parles en parlant des élevages peu scrupuleux avec une réduction des besoins de l'animal au minimum vital parce que c'est plus facile/rentable/gérable ou encore celle qui est dictée par des considérations anthropomorphiques : encore beaucoup de gens pensent bien faire en donnant à leurs animaux ce qu'ils aimeraient avoir eux, en tant qu'humains !)

 

Dans la cas d'une captivité "bien pensée" l'animal troque la liberté de mouvement contre la sécurité de vie et, au contraire de ce que tu décris, sa durée de vie augmente et le stress vécu diminue (d'ailleurs, dans mon domaine, quand on s'intéresse à la ré-introduction d'animaux dans la nature, on prends garde à les habituer dès le plus jeune âge à vivre dans le stress car sinon ils ne pourraient survivre une fois relâchés : c'est très dur à mettre en place pour les soigneurs, mais c'est une nécessité pour un animal voué à retourné à la vie sauvage !).

 

Bien sûr, rien n'est jamais tout rose, et je ne suis pas en train de dire que la domestication ou la captivité valent mieux que la vie sauvage : ce que je dis, c'est que si la captivité est "bien pensée", il y aura autant de pour et de contre des deux côtés. Donc pour un animal domestiqué qui apprécie la proximité de l'homme, cette vie de captivité offre autant de chances d'être heureux que celle dans la nature de son cousin resté sauvage : ils auront deux modes de vies différents, avec des avantages et inconvénients différents, voilà tout. (Et je parle d'animaux domestiqués, mais c'est valable pour un animal sauvage détenu en captivité, il faudra par contre une grosse réflexion éthologique pour que cet équilibre soit respecté et qu'il y trouve lui aussi son compte).

 

Au final, le bonheur ce n'est pas de ne pas avoir d'inconvénients (ou de limites, si on en revient à la cage et ce qu'elle suppose de contraintes) dans sa vie, c'est juste d'avoir des avantages qui les dépassent, en nombre ou en importance. Tout est question d'équilibre et de compromis :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me pose la question a chaque fois que je vois un animal en cage...rat ou bêtes sauvage. Les dernier a mon humble avis, et sans antropomorphisme, doivent se faire "chier" à cent sous de l'heure en enclos, et pour notre bon plaisir, dans les zoo. Sans parler des oiseaux qui eux sont privés de leur liberté, pour notre contemplation...

 

Pour nos rats, je ne pense pas que l'ennui existe comme on le ressent pour nous. Certes ils sont ultra intelligents, comprennent plein de choses, reperent très vite le monde qui les entoure et d'un naturel ultra curieux, ils adorent ou adoreraient explorer notre monde d'humain. Mais pour moi, le bonheur d'un animal domestique, je le vois dès qu'il n'y a pas galère a trouver de quoi manger, espace vital minimal (les chiens en cage à la spa sont malheureux ça se voit bien )et tranquillité pour se détendre, compagnie si c'est un animal grégaire. Regarde un chat. C'est un animal solitaire, qui dort jusqu'a 18 heures par jour. S'il n'a pas a chasser pour manger, il fait quoi d'autre ? sa toilette. Il joue un peu. Sinon il s'emmer**. ça c'est ce qu'on se dit parce que nous si on reste innactif les bras croisés, on s'ennuie !

 

ça m'arrive des fois de pas pouvoir sortir longtemps mes mâles quand je commence tard ou très tot, sachant qu'ils sont ultra dominant et ne supporte aucun autre rat. je les sort chacun leur tour. En fait quand je suis chez moi, j'ai toujours un rat dehors. Ils vivent seuls et pour eux la sortie et les calins avec je sais que cela les rends joyeux. J'ai une boule au ventre quand je les vois a la porte, sachant que je suis là et que c'est l'heure. Un calin et hop je dois partir. Il comprennent et repartent dans leur tanière. Puis je pense au rat de labo, à qui ont fait du mal, qui vivent dans des mini bac en plastique sans confort, sans calin, sans friandises. Je me dit que les miens ont de la chance dans leur loft. Je pense aussi aux rat sauvages, qui lutte pour leur vie chaque jour, qui sont pouilleux, qui sont chassés et qui souffrent physiquement à cause de leur parasites. Certes nos rats ne peuvent pas voir le sort de leur congénère comme on voit celui des notres à la télé et se dire ben mince je suis bien content d'être là ou je suis. Mais un peu d'ennui vaut mieux qu'un lendemain incertain.

 

<3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.