Jump to content
Sign in to follow this  
Artefact

Empathie chez le rat

Recommended Posts

Une étude partagée sur Facebook par Dooï (une ancienne d'SRFA !)

 

 

On croyait qu'ils étaient prêts à tout pour une friandise, bah quand même pas ><

  • Like 5
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela je n’en doutais pas une seconde, Gaspard a déjà montré des preuves d’empathie évidentes envers ses compagnons : son frère Léon quand il était très malade en le cajolant, en accourant auprès de Gustave le trouillard quand il se faisait peur tout seul à faire le fou.

En fait l’intelligence émotionnelle est plus développée chez les êtres intelligents. Cela se vérifie aussi chez le genre humain.

 

Et chez vous, vous en avez eu des démonstrations ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Globalement les miens sont plutôt pas sympas >< Les malades et les vieux ont tendance à se faire jeter/bousculer et les faibles ne mangent clairement pas ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est triste, comme on en discutait avec Becaria, c'est que c'est connu depuis longtemps. Le monde semble tout à coup redécouvrir que le rat n'est pas une machine dénuée de sentiments. 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Ancalimë a dit :

Globalement les miens sont plutôt pas sympas >< Les malades et les vieux ont tendance à se faire jeter/bousculer et les faibles ne mangent clairement pas ....

J'ai observé le contraire dernièrement, une de mes rates de 2 ans (Danica) avait l'habitude depuis environ 1 an d'"harasser" la plus vieille (Naos) entre autres en la pouillant un peu trop énergiquement, ce qui avait pour conséquence de la faire pouiquer à fond à tout heure du jour et de la nuit (drama queen un jour, drama queen toujours), mais 3 semaines avant sa mort,  l'état de Naos s'est dégradé subitement et Danica ne l'a plus jamais embêtée.

De même, quand elles sont enfermées dans la cage, la troupe au complet dort 99% du temps dans le hamac situé tout en haut et donc quand Naos ne s'est plus senti de monter (elle avait un problème neurologique entrainant une grosse faiblesse du train arrière), régulièrement les deux plus jeunes allaient dormir dans le bac du bas avec elle pour pas la laisser seule :love:
 

Après, je te rejoins sur la bouffe, c'est sacré pour les rats et la dominante (Seren) n'avait aucun problème pour piquer la bouffe dans la bouche de Naos alors que qu'elle était loin d'avoir faim (c'est un gros tas de quasi 500g xD )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici c'est la jungle, ils font bien comme ils veulent et celui qui suit plus, osef :/  L'empathie c'est pas trop trop ce qui les caractérise chez moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait l'objet de l'étude n'est pas de savoir si les rats ont des "sentiments" ou même de l'empathie, mais de comprendre les mécanismes cérébraux de « l'aversion au mal » (ce qui rend personnellement désagréable le spectacle de la douleur chez l'autre, et peut constituer un des mécanismes de l'inhibition à « faire le mal » soi-même.)

 

Le texte intégral de l'article de Current Biology est disponible en open access :

https://www.cell.com/current-biology/fulltext/S0960-9822(20)30017-8#

 

Comme le souligne bien cet autre compte-rendu dans Sciences et Avenir :

 

Citation

Ces résultats ne signifient pas pour autant que les rats sont dans ce cas altruistes, c'est-à-dire qu'ils agissent avec l'intention d'aider leur congénère. La littérature scientifique introduit deux motivations distinctes : on sait que chez l'humain, certains participants aident les autres "parce que voir quelqu'un souffrir crée un état d'aversion appelé détresse personnelle que les participants tentent ensuite de réduire 'égoïstement' en aidant", explique l'étude. "Les autres participants sont plus altruistes et aident même s'ils n'ont pas à être témoins de la souffrance de la victime".

 

L'enjeu n'est donc pas de « prouver que les rats ont des sentiments / de l'empathie », chose en effet déjà connue (tout en étant une notion floue dite comme ça), mais de préciser les mécanismes et modalités de cette empathie dans certains cas particuliers. Avec des applications telles que mieux diagnostiquer et traiter certains troubles psychiatriques et comportements antisociaux ("psychiatric disorders characterized by antisocial behavior" dans le texte de l'étude).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.