Aller au contenu
douphie

Différence de point de vue dans le monde des animaux

Messages recommandés

Quelquechose me perturbe depuis quelques temps, et je voudrais votre opinion.

 

Voilà en fait j'ai observé un énorme gouffre entre les pratiques du monde du rat, et celles du monde du chon.

 

Nous, on a un LORD, on donne de l'importance à la santé, au caractère, on met des interdits de reproduction, on limite le nombre de portées par individu, on aime nos rats.

Eux, RIEN DE TOUT CA.

 

Litière végétale ??? Kézako ? Non non c'est mieux le foin, la paille ou le copeau de bois, c'est "naturel".

La santé ? Bah mon cochon d'inde va bien.

Le caractère ? Il est peureux mais m'a jamais mordu.

Interdit de repro ? Bah je peux pas empêcher qqun de faire ce qu'il veut avec son animal !

Limiter le nombre de portées ? Bah tant qu'ils sont pas trop vieux, pourquoi ??

Et pour finir, bienvenue au marché ==> je te prends ton bébé poil long si tu me prends mon péruvien, et en plus je te prêterai mon satin en saillie si tu veux.

 

D'où ma question : MAIS D'OU VIENT CETTE DIFFERENCE ???

 

PS: en relisant mon post, je m'aperçois qu'on observe aussi cette différence (à peu de choses près) avec les éleveurs canins également.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ça, des différences on en observe de très grosses. Pour ma part, que dire du monde équin, c'est encore une autre paire de manche. Mais je dirais qu'il est difficile de comparer de l'élevage canin ou équin (qui rapporte beaucoup d'argent) à de l'élevage de rats, qui, ne rapportera jamais grand chose. Même quelqu'un qui fait de la merde et qui arrive à se tirer un peu "d'argent de poche" ne sortira de l'élévage de rats jamais plus que de quoi s'acheter quelques paquets de cigarettes en plus.

 

Chez les chons, j'ai pu observer cette différence du temps où j'en avais. Ca remonte à une petite dizaine d'années, je ne sais plus ce qu'il en est aujourd'hui mais je me souviens (j'étais inscrite sur Cobayes & Hamsters) que ça ne choquait personne d'adopter chez Alain Caron. C'était même monnaie courante et cet éleveur était relativement bien vu.

 

A l'inverse, ils étaient beaucoup plus sévères sur certains points : quiconque osait donner du mélange à son chon et non des extrudés se faisait lyncher. Parce qu'avec le mélange, le chon peut trier, et du coup ne pas manger équilibré. Donc extrudés du commerce à fond +++

 

Pareil, une sorte de paranoia vis à vis des accidents domestiques. J'avais eu le droit à un remontage de bretelles en règle parce que j'avais photographié mon chon sur une "passerelle" (une échelle ferplast) qui lui permettait de passer d'un carton à l'autre. Chaque carton (et donc la passerelle aussi) était haut de 35cm. Alors c'était la fin du monde parce que mon chon aurait pu tomber de l'échelle et se blesser :|

 

Je ne sais pas d'où proviennent ces différences et comme toi je serai curieuse de le savoir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ta participation :)

 

Pour l'histoire du mélange je dirais que c'est pas tant une histoire de trier qu'une histoire que le chon est herbivore et ne doit pas manger de graines. Mais il existe aussi des mélanges d'extrudés, je ne sais pas si tu parlais de ceux-là.

 

En fait j'ai toujours eu des chons, depuis bien plus longtemps que les rats, et il y a deux ans j'ai recueilli une femelle gestante suite à un sauvetage et j'avais pas mal fouiné le monde du chon du coup. Ca m'avait vraiment choquée à l'époque, principalement au niveau de la litière d'ailleurs, qui pour nous est si importante.

Aujourd'hui je m'y remets un peu parce que ma chonne s'est retrouvée seule suite au décès de sa dernière copine, et je voudrais bien lui trouver une nouvelle coloc'. Mais je me vois adopter chez aucun éleveur pour le moment !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a d'énormes différences culturelles d'une espèce à l'autre, d'un pays à l'autre. Je pense que c'est dû à un grand nombre de facteurs, notamment historiques (depuis combien de temps y a-t-il une activité notable de reproduction et de détention de cet animal...), liés à l'espèce elle-même (sa durée de vie, ses fragilités typiques, ...), à son prix à l'achat et à la vente, sans doute aussi l'impact à ne pas négliger des personnes qui ont été pionnières de l'élevage de cette espèce et ont souvent façonné la culture ultérieure (il suffit de quelques personnes qui se bougent beaucoup pour "sculpter" l'enseignement et la transmission qui sera faite de leurs idées, leurs connaissances, leur sensibilité). Tout ça se mélange pour fonder un socle culturel qui peut nous désarçonner quand on connaît surtout le nôtre. (Et d'ailleurs c'est très intéressant de voir ce qui se fait ailleurs).

 

Par exemple il y a fort à parier que la vision française de la consanguinité ait été largement façonnée par "nos" pionniers (Nérolie et Pascual, Rattou, Stella...) qui y étaient plutôt opposés, par rapport aux anglo-saxons qui ont une culture de l'élevage très différente, marquée par l'existence de concours et de clubs omniprésente dans toutes les espèces (je lis en ce moment des copies de bouquins des années 1900 sur la sélection des oiseaux, volaille et autres perruches ondulées, c'est assez marrant d'ailleurs de voir que le discours sur l'élevage, la sélection et la consanguinité a peu varié entre ces ouvrages et ce qui se pratique aujourd'hui dans les clubs anglais et américains !). Idem quand tu regardes les textes de l'AFAR sur les hamsters, culturellement plus proche d'une vision de l'élevage très anglo-saxonne (forte consanguinité, fort culling, défense de la recherche de la conformité au type comme moyen d'amélioration de l'espèce...)

 

Ce qui est vrai d'un pays à l'autre est vrai d'une espèce à l'autre aussi.

 

J'imagine que le fait que le chon vive 2 ou 3 fois plus longtemps que le rat les rend moins sensibles que nous à l'obsession de la santé et de la longévité, par exemple. Mais il y a sûrement un tas d'autres raisons. Il faudrait chercher un peu dans l'histoire du cochon d'inde comme animal de compagnie, qui est sans doute très différente de celle du rat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et j'ajoute que la culture rat française fait plutôt figure d'exception dans l'élevage d'animaux de compagnie, tant géographiquement qu'en termes d'espèce. Le LORD par exemple n'a que peu d'équivalent chez les "petites" espèces (et est très différente des livres des origines chez les "grandes" espèces : chien, chat, cheval en gros). L'absence totale de standard, club, concours perturbe aussi beaucoup nos voisins. La recherche de portées variées / diversifiées et le passage par des porteurs aussi (dans beaucoup d'autres espèces / pays, on est très branché "portée photocopie").

 

Pour la plupart du reste du monde, c'est plutôt nous les bizarroïdes ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a d'énormes différences culturelles d'une espèce à l'autre, d'un pays à l'autre. Je pense que c'est dû à un grand nombre de facteurs, notamment historiques (depuis combien de temps y a-t-il une activité notable de reproduction et de détention de cet animal...), liés à l'espèce elle-même (sa durée de vie, ses fragilités typiques, ...), à son prix à l'achat et à la vente, sans doute aussi l'impact à ne pas négliger des personnes qui ont été pionnières de l'élevage de cette espèce et ont souvent façonné la culture ultérieure (il suffit de quelques personnes qui se bougent beaucoup pour "sculpter" l'enseignement et la transmission qui sera faite de leurs idées, leurs connaissances, leur sensibilité). Tout ça se mélange pour fonder un socle culturel qui peut nous désarçonner quand on connaît surtout le nôtre. (Et d'ailleurs c'est très intéressant de voir ce qui se fait ailleurs).

 

Par exemple il y a fort à parier que la vision française de la consanguinité ait été largement façonnée par "nos" pionniers (Nérolie et Pascual, Rattou, Stella...) qui y étaient plutôt opposés, par rapport aux anglo-saxons qui ont une culture de l'élevage très différente, marquée par l'existence de concours et de clubs omniprésente dans toutes les espèces (je lis en ce moment des copies de bouquins des années 1900 sur la sélection des oiseaux, volaille et autres perruches ondulées, c'est assez marrant d'ailleurs de voir que le discours sur l'élevage, la sélection et la consanguinité a peu varié entre ces ouvrages et ce qui se pratique aujourd'hui dans les clubs anglais et américains !). Idem quand tu regardes les textes de l'AFAR sur les hamsters, culturellement plus proche d'une vision de l'élevage très anglo-saxonne (forte consanguinité, fort culling, défense de la recherche de la conformité au type comme moyen d'amélioration de l'espèce...)

 

Ce qui est vrai d'un pays à l'autre est vrai d'une espèce à l'autre aussi.

 

J'imagine que le fait que le chon vive 2 ou 3 fois plus longtemps que le rat les rend moins sensibles que nous à l'obsession de la santé et de la longévité, par exemple. Mais il y a sûrement un tas d'autres raisons. Il faudrait chercher un peu dans l'histoire du cochon d'inde comme animal de compagnie, qui est sans doute très différente de celle du rat.

 

D'accord mais là on parle d'un même pays au même moment.

Ok ils vivent plus longtemps, mais est-ce une "excuse" pour les mettre sur copeaux ? En fait, la litière végétale, ils ne connaissent même pas !! (Comme moi avant d'avoir des rats d'ailleurs, mes hamsters étaient sur litière à chat, et mes chons sur copeaux ... depuis tout le monde est au maïs ou drybed).

 

Après, le cobaye a été domestiqué il y a plusieurs milliers d'années, issus d'une sélection parmi plusieurs croisements de cobayes sauvages, donc c'est pas une espèce méconnue ... mais il est vrai qu'ils ont d'abord été domestiqués pour être mangés, le rapport n'a jamais été le même qu'avec nos rats, domestiqués uniquement par "amour"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Pour la plupart du reste du monde, c'est plutôt nous les bizarroïdes ^^

 

Ca, je l'ai bien ressenti oui :mrgreen:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois au moins deux hypothèses dans le cas du chon (ce sont pures spéculations hein, mais ça peut) :

- comme je disais plus haut, la durée de vie. Un chon, ça vit "assez" longtemps. Du coup, ses amateurs sont peut-être moins préoccupés par "tout faire pour qu'ils vivent plus longtemps" ? De mémoire, les chons sont assez fragiles sur le plan digestif, mais les maladies respiratoires chroniques sont moins un enjeu majeur ?

- une question de personnes ? Rattou était ASV, Pascual avait une formation universitaire très solide en biologie, Stella idem, donc le milieu a été imprégné au départ de connaissances assez sérieuses (dont certaines, hélas, se perdent, mais ça c'est un autre sujet). Peut-être que le monde du chon a eu moins de gens avec ce type de profil parmi leurs "fondateurs historiques" ? ou manque de "sites de référence" comme on a pu avoir avec Ratlala, le lapin avec Marguerite & Cie, etc. ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je vois au moins deux hypothèses dans le cas du chon (ce sont pures spéculations hein, mais ça peut) :

- comme je disais plus haut, la durée de vie. Un chon, ça vit "assez" longtemps. Du coup, ses amateurs sont peut-être moins préoccupés par "tout faire pour qu'ils vivent plus longtemps" ? De mémoire, les chons sont assez fragiles sur le plan digestif, mais les maladies respiratoires chroniques sont moins un enjeu majeur ?

- une question de personnes ? Rattou était ASV, Pascual avait une formation universitaire très solide en biologie, Stella idem, donc le milieu a été imprégné au départ de connaissances assez sérieuses (dont certaines, hélas, se perdent, mais ça c'est un autre sujet). Peut-être que le monde du chon a eu moins de gens avec ce type de profil parmi leurs "fondateurs historiques" ? ou manque de "sites de référence" comme on a pu avoir avec Ratlala, le lapin avec Marguerite & Cie, etc. ?

 

En effet, niveau respiratoire, les chons sont bien moins fragiles que nos rats, et souffrent donc certainement un peu moins de la présence des copeaux de bois.

Il est possible également que le monde du chon n'ait pas bénéficié de personnes de référence ainsi, bien qu'il y a ait tout de même pour moi la prêtresse du chon : Marie-Sophie Germain, auteurs de livres, et aussi du site de référence sur les chons.

Malheureusement les idées reçues ont aussi la vie dure. Nous on connait "un rat c'est sale et ça mord" ben il y a aussi "le cochon d'inde ça mange du pain dur" ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me souviens d'une remarque du chercheur qui m'a aidé avec mon plan de repro Husky. Il m'a dit que l'un des défauts des éleveurs amateurs de rats, c'est leur tendance à avoir plein de couleurs et de marquages différents par portée. Il m'a conseillé d'homogénéiser au maximum mes portées.

Pourquoi ? Y a t-il un intérêt particulier en matière de travail sur le type, santé ou n'importe quoi d'autre ? Mystère, pou l'instant il ne me répond pas.

 

Par contre, à l'époque où j'étais dans une association ratounesque que vous connaissez, je bossais surtout à savoir comment un standard officiel pouvait être mis en place. Pour ce faire, j'avais contacté beaucoup d'éleveurs liés au standard du lapin, du furet et j'ai aussi contacté un éleveur de chons qui bossait à établir lui-aussi le standard du chon. Je ne sais pas si ça a été fait depuis.

 

Honnêtement, la manière de faire américaine (par exemple) ne me convient pas du tout. Je ne me vois pas avoir 100 rats, j'en ai déjà suffisamment pour savoir ce que ça implique dans les faits. Ils ont une vision très scientifique de la chose, je trouve, où la vie de l'animal peut être mise entre parenthèse pour les besoins d'un objectif. Je conçois tout à fait que c'est grâce à eux et à leurs manières de faire qu'on en connait plus sur le mégacôlon par exemple, mais je ne peux pas cautionner pour autant. Il m'a déjà fallu des années et le plan de linebreeding en consanguinité minimale d'Artefact pour ne serait-ce qu'envisager l'idée de la consanguinité :lol:

A quelques exceptions près d'éleveurs (ou ancien éleveurs) possédant un bagage de connaissances enviables, nous restons des amateurs et je trouve important de s'en souvenir. Amateurs éclairés et passionnés, certes, mais amateurs quand même :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ben oui mais justement, pourquoi de telles différences entre des éleveurs amateurs Français?

 

Là, bien que ta participation soit intéressante (j'aimerais en effet savoir pourquoi c'est un défaut d'avoir trop de diversité dans nos portées), en fait tu réponds pas du tout à la question de départ lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Ricains (ou autres, en fait dans la vision des choses c'est globalement "le monde VS la France xD") n'ont pas forcement 100 rats, tout dépend de ce que la personne désire faire. Par contre "ils" (sens large) ont effectivement une vision complètement différente de la notre, qui met bien plus de côté l'aspect "gouzi gouzi". Dans ma vision des choses, je trouve qu'ils manquent d'attachement vis à vis de leurs bêtes, mais que de notre côté on est vraiment comme des enfants de 5 ans incapables d'utiliser nos neurones 2 minutes. Avoir un mix équilibré des deux serait, je pense, une façon idéale d'avancer.

 

Pour la diversité c'est assez simple (du moins dans le "fancy"): Faut coller à un standard. Hors un standard tu vas l'atteindre en travaillant de manière précise, et pas en mélangeant tout le temps ce que tu as sous la main.

 

Je ne connais pas le monde du Chon, quelle est la moyenne d'âge là dedans? Les gens restent ou ça tourne beaucoup? C'est ancien comme communauté? Y'a donc pas de standards? Niveau concours c'est fréquent ou pas?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a des concours, et donc un standard. Mais pas suivis par tous, il y a beaucoup d'élevages amateurs comme chez nous qui font un peu comme ils veulent.

La moyenne d'âge d'un chon est vaste : de 4 à 7 ans, exceptionnellement 8 ans.

Pour les gens ça reste pas mal d'après ce que j'ai pu observer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Là, bien que ta participation soit intéressante (j'aimerais en effet savoir pourquoi c'est un défaut d'avoir trop de diversité dans nos portées), en fait tu réponds pas du tout à la question de départ lol

 

Pas faux :lol: Je rebondissais sur ce qui avait été dit précédemment.

 

je trouve qu'ils manquent d'attachement vis à vis de leurs bêtes, mais que de notre côté on est vraiment comme des enfants de 5 ans incapables d'utiliser nos neurones 2 minutes. Avoir un mix équilibré des deux serait, je pense, une façon idéale d'avancer.

 

Complètement d'accord avec toi !

 

Je crois que c'est dans un bouquin de véto (je ne me souviens plus) que j'ai lu une phrase qui m'avait particulièrement fait tilter à l'époque (je ne faisais pas encore d'élevage). En gros, il expliquait que étant donné la facilité de reproduction de l'animal, il n'en était que plus difficile de trouver de bons élevages. Avec le recul, ça me semble vrai. Du fait de la facilité biologique de reproduction du rat, l'animal a tendance à ramener tous les illuminés qui veulent avoir des bébés pour des raisons pas toujours géniales, ou qui pensent se faire de l'argent en jouant sur sa prolificité.

Quelque part, c'est aussi la raison pour laquelle c'est principalement le rat qui est utilisé dans l'élevage alimentaire...

ça pose déja une grosse différence avec les autres élevages d'animaux.

 

La moyenne d'âge d'un chon est vaste : de 4 à 7 ans, exceptionnellement 8 ans.

Je pense que Limë demandait la moyenne d'âge des éleveurs :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La moyenne d'âge d'un chon est vaste : de 4 à 7 ans, exceptionnellement 8 ans.

Je pense que Limë demandait la moyenne d'âge des éleveurs :)

 

Ben moi aussi ! :mrgreen:

Il y a beaucoup d'"adultes" je trouve (je veux dire par-là pas des jeunettes de 25 ans comme nous ^^).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sondage posté hier sur un de leur groupe

 

10668286_10204307253743399_989411377_n.jpg?oh=3e76f3b463c8ffcdbaf7f2b7f7d45ac1&oe=54061324&__gda__=1409676213_aa58ca99a990e8cfce92864d03abc417

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois pas le sondage c'est bloqué au taff.

 

Au final avec mes deux chonne nées à la maison quand j'étais petite on a eu du bol, 7 ans et 7,5 ans c'est visiblement pas mal (on dit merci à la maman kinder + ensuite les amis "on la garde mais on la met pas avec notre mâle" -_-).

 

Je demandais l'age des utilisateurs car si c'était de l'ado j'aurais pu comprendre le "réinventons l'eau chaude toutes les 4 minutes" et le fait qu'un gros turn over puisse conduire à une telle perte d'infos. Mais là c'est effectivement bizarre. Après Artefact à aussi raison en disant que les pionniers forgent une communauté plus ou moins à leur image.

 

Dans le rat on a eu des gens compétents, motivés, qui ont construit pas mal de bases, ca a donné le ton à toute la communauté. Ceci étant on a sauvé bcp de choses avec bien peu de personnes, et on aurait très bien pu se retrouver comme dans le monde du Chon via un timing autre. Je prends un exemple: Le LORD était mort, si je n'avais pas cassé les couilles de pas mal de monde il n'existerait plus aujourd'hui. On aurait p'tetre monté autre chose, mais on aurait perdu les infos qu'il contient. SRFA était mort, idem si je n'avais pas secoué des têtes on aurait perdu toutes les infos qui s'y trouvent. Ca s'est joué à pas grand chose, moi et quelques bonnes âmes, ce qui sur toute une communauté est vraiment peanuts.

 

Et aujourd'hui si on tente de conserver un niveau acceptable, c'est grace à des gens qui ne lâchent pas l'affaire. On peut pas dire que les nouveaux (en majorité) nous aident vraiment dans cette optique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui je pense que l'hypothèse des pionniers est certainement l'une des explications, je pense aussi que le chon, bien moins fragile que nos rats, n'a pas besoin d'autant de "chichis" que nos loulous ... ils peuvent vivre dehors, sur n'importe quelle litière.

 

Mon sondage concerne d'ailleurs la litière : sur 20 personnes interrogées, 12 utilisent les copeaux de bois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après y'a aussi un truc a regarder, comment c'est ailleurs? Car si c'est pareil y'a fort à parier que leur "façon de faire" soit calquée sur une autre. Vis à vis du rat on a une vraie particularité en France, on ne suit pas du tout les lignes des autres. Si c'était le cas je pense qu'on serait bien plus proches de ce que tu peux voir dans le Chon, sur certains points.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai essayé de me pencher là-dessus, mais j'ai eu énormément de mal à trouver des éleveurs étrangers ... le peu que j'ai trouvé, avait sensiblement les mêmes méthodes.

Je crois que c'est mon côté "surprotecteur de rats" qui a été un peu choqué par tout ça, mais avant d'avoir des rats, ça ne me choquait pas en fait ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les chons, je ne connais pas plus que ça, mais est-ce qu'on a la même relation qu'avec un rat ? Parce que c'est bête, mais personnellement mes rates, j'y tiens autant que ma chienne, je trouve vraiment qu'on peut avoir une très forte relation avec, je ne sais pas si c'est la même avec les autres petits animaux...

Idem, ça a déjà été dit, mais la fragilité de nos bêtes fait qu'on est un peu obligés de s'interroger sur la façon de diminuer les risques... Très peu n'ont pas de soucis respiratoires, beaucoup de femelles ont des tumeurs, etc etc. Et surtout leur durée de vie mise en relation avec l'attachement qu'on a pour eux fait qu'on cherche vraiment à améliorer ça. S'ils vivaient 7/8 ans, pas sur qu'on ait eu cette même démarche de base.

 

Enfin, pour avoir beaucoup parlé avec mon éleveuse (de chiens), on a beaucoup beaucoup le même raisonnement, ça l'étonne à chaque fois ^^ Après par contre niveau chiens, on va plutôt chercher des taux de consanguinité faibles parce que souvent les races à forte consanguinité ont des problèmes +++ car ont été sélectionnées sur des critères de beauté et que les mêmes reproducteurs ont été utilisées 15 000 fois... Enfin, je dis par contre car on voit que les idées d'Artefact et de Limë sur la consanguinité commencent à faire bouger les gens côté rats ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour les chons, je ne connais pas plus que ça, mais est-ce qu'on a la même relation qu'avec un rat ? Parce que c'est bête, mais personnellement mes rates, j'y tiens autant que ma chienne, je trouve vraiment qu'on peut avoir une très forte relation avec, je ne sais pas si c'est la même avec les autres petits animaux...

Idem, ça a déjà été dit, mais la fragilité de nos bêtes fait qu'on est un peu obligés de s'interroger sur la façon de diminuer les risques... Très peu n'ont pas de soucis respiratoires, beaucoup de femelles ont des tumeurs, etc etc. Et surtout leur durée de vie mise en relation avec l'attachement qu'on a pour eux fait qu'on cherche vraiment à améliorer ça. S'ils vivaient 7/8 ans, pas sur qu'on ait eu cette même démarche de base.

 

Enfin, pour avoir beaucoup parlé avec mon éleveuse (de chiens), on a beaucoup beaucoup le même raisonnement, ça l'étonne à chaque fois ^^ Après par contre niveau chiens, on va plutôt chercher des taux de consanguinité faibles parce que souvent les races à forte consanguinité ont des problèmes +++ car ont été sélectionnées sur des critères de beauté et que les mêmes reproducteurs ont été utilisées 15 000 fois... Enfin, je dis par contre car on voit que les idées d'Artefact et de Limë sur la consanguinité commencent à faire bouger les gens côté rats ^^

 

Mais j'ai encore jamais vu une famille de chiens arrêtée pour des soucis de comportement ou de santé ^^ (et pourtant certaines familles sont bien connus pour avoir des chiens au sale caractère, ou épileptiques par exemple).

 

Pour l'attachement au chon, ça dépend de celui-ci. J'en ai eu une adorable, qui reconnaissait son nom, qui revenait quand on l'appelait, faisait plein de câlins etc etc par contre celle que j'ai actuellement vient d'animal hording et est plutôt peureuse, cependant une fois sur moi elle peut y rester des heures à se laisser papouiller (elle a juste peur quand je l'attrape quoi).

Pour autant je ne peux pas vraiment faire de hiérarchie dans mon amour pour eux ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les chiens, en fait on s'intéresse plus aux individus en question qu'aux familles, souvent sur les tares dont on connaît l'origine génétique (donc on teste le chien, s'il est atteint il ne sera pas reproduit), ou des tares très répandues qui sont multifactorielles que l'on essaie de limiter (par exemple la dysplasie, les chiens très dysplasiques ne seront pas reproduits).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour les chiens, en fait on s'intéresse plus aux individus en question qu'aux familles, souvent sur les tares dont on connaît l'origine génétique (donc on teste le chien, s'il est atteint il ne sera pas reproduit), ou des tares très répandues qui sont multifactorielles que l'on essaie de limiter (par exemple la dysplasie, les chiens très dysplasiques ne seront pas reproduits).

 

Mouais, il y a malheureusement aussi les chiens qu'on ne fait pas tester génétiquement, ou alors qu'on fait tester mais sans jamais rien révéler pour ne pas entâcher la réputation d'un éleveur, et ça, c'est MEGA répandu ... mais on s'éloigne là ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso mes deux pipelettes étaient ADORABLES. Déjà elle vivaient en liberté dans la cuisine, elles n'ont jamais rien rongé! Elles avaient un grand bac avec de la litière et de quoi se cacher/manger et boire. Toujours propres, vraiment mignonnes. Elles étaient trèèèsss expressives, à siffler et glousser tout le temps, et elles avaient bien pigé certains sons comme la boite de bouffe, la clef dans la serrure du meuble à bouffe ou juste la porte d'entrée.

 

Tous les soirs j'étais accueillie par un concerto de gloussements et deux petites choses sur le pas de la cuisine xD Elles savaient leurs noms, étaient propre et très gentilles, jamais une morsure ou une griffure.

 

J'en garde un super souvenir de mes deux dindes, c'était vraiment deux nenettes extra avec lesquelles j'ai été aussi proches qu'avec mes rats.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.