Jump to content
Artefact

Votre avis nous intéresse : l'euthanasie

Votre avis nous intéresse  

63 members have voted

  1. 1. Sur le principe, êtes-vous favorable à l'euthanasie des animaux malades ou en fin de vie ?

    • Oui
      62
    • Non
      1
  2. 2. Avez-vous eu recours à l'euthanasie pour vos rats en fin de vie ?

    • Toujours ou presque
      9
    • Souvent ou parfois
      28
    • Exceptionnellement
      9
    • Jamais (morts naturelles)
      4
    • Jamais (rats tous vivants)
      13
  3. 3. Lors de l'euthanasie d'un de vos animaux, restez-vous à ses côtés ?

    • Oui, jusqu'à la confirmation de la mort
      50
    • Seulement pour l'anesthésie
      4
    • Non, je le laisse au vétérinaire
      1
    • Non pertinent
      8
  4. 4. Votre vétérinaire pratique-t-il une anesthésie avant l'injection létale ?

    • Oui, par injection
      32
    • Oui, au masque
      14
    • Non
      1
    • Je ne sais pas
      16
  5. 5. Quelle technique emploie votre vétérinaire ?

    • Injection intra-cardiaque
      20
    • Injection intra-péritonéale
      9
    • Je ne sais pas
      34
  6. 6. Combien coûte l'euthanasie chez votre vétérinaire ?

    • Gratuite
      3
    • 1–29 €
      4
    • 30–49 €
      17
    • 50–69 €
      9
    • 70–89 €
      5
    • Plus de 90 €
      1
    • Je ne sais pas
      24


Recommended Posts

Sujet délicat s'il en est, rares sont les ratouphiles qui n'ont pas eu à se poser la question. L'euthanasie : oui, non, pourquoi, quand, comment ?

En préparation d'un futur article sur le sujet, nous recueillons ici tous vos témoignages.

 

Outre le sondage ci-dessus, n'hésitez pas à préciser vos réponses ou apporter d'autres informations qui ne rentraient pas dans les cases
 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?
     
  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?
     
  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?
     
  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?
     
  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

 

Nous savons que ces questions peuvent être douloureuses, mais pensons aussi que les partager peuvent aider à mieux traverser ou digérer ces épreuves. La modération veillera particulièrement à ce qu'aucun propos ne soit l'objet de jugements

 

Nous recherchons en particulier un ou des témoignages de personnes qui ne font pas appel à l'euthanasie pour des raisons particulières (éthique, convictions religieuses...) et des témoignages de personnes réalisant les euthanasies elles-mêmes (professionnels, terrariophiles) – ces témoignages peuvent bien sûr être réalisés en privé et de manière anonyme. 

 

Sauf mention explicite de votre part, vos propos pourront être cités dans notre futur article. Merci à toutes et tous de votre participation, qui sera précieuse pour informer de la manière la plus complète possible sur ce sujet !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Artefact a dit :
  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

 

La souffrance ici, dès que le rat souffre et qu'il n'y a plus rien à faire pour le soulager. Le refus total de se nourrir également. Dès que la limite est atteinte entre le soulager et s'acharner (mais la limite est parfois floue) 

 

il y a une heure, Artefact a dit :
  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

 

Non, clairement pas, étant handi moi-même en plus c'est un sujet "sensible" pour moi (oui je vais "loin" mais c'est un débat que je vois souvent et qui me touche), à mes yeux un rat non valide mais qui mange, boit, ne souffre pas, je ne vois pas pourquoi j'irais le faire euthanasier. J'ai le temps de m'en occuper, si je vois qu'il vit bien la situation (ce qui a toujours été le cas) ce n'est pas un souci que d'avoir à m'en occuper. Pour moi ça fait partie de la vie et du choix que j'ai fait de l'adopter. 

 

il y a une heure, Artefact a dit :
  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

 

Alors, "trop tard" ça m'est arrivé, de réaliser que j'avais tellement le "nez dedans" que je refusais un peu de lâcher et de le laisser partir. Mais "en avance" je ne crois pas que ça me soit déjà arrivé. 

 

il y a une heure, Artefact a dit :
  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

 

Oui parfois. Après c'est très lié à ma personnalité et à mon cerveau qui ne cesse de me faire culpabiliser pour tout. Quand un de mes rats meurt "sans que j'ai décidé", ben justement je n'ai pas décidé, je ne pouvais rien y faire dans tous les cas. Quand c'est moi qui doit prendre la décision, selon les cas c'est plus compliqué. Quand c'est certain qu'il n'y a plus rien à faire, sur un très vieux rat, c'est différent que sur un rat un peu plus jeune et malade, ou plane toujours une sorte de doute de type "peut-être que j'aurais pu faire quelque chose" (genre un miracle -_- ) 

 

il y a une heure, Artefact a dit :
  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

 

Ca aussi c'est très différent des cas. Il y a des animaux ou j'ai très clairement senti un changement, que l'animal "abandonnait" en quelque sorte, qu'il en avait marre. Quelque chose dans l'attitude, dans le regard aussi. Et c'est "plus facile" pour prendre une décision. Parfois, justement, il n'y a pas ça. Peut-être pour une raison que j'ignore, ou peut-être que ça y est mais qu'inconsciemment je refuse de le voir parce que moi j'y crois encore un peu ? 
Mais quand je prend la décision, c'est vraiment qu'on arrive au bout, du coup je n'hésite pas. Je demande toujours conseil au vétérinaires, qu'ils me donnent leur avis, en général je leur fait confiance. Il m'est déjà arrivé que le vétérinaire me dise "on peut prolonger de quelques jours mais même avec la médication il aura mal", et ce n'est pas ce que je souhaite, garder mon rat quelques jours de plus mais dans la douleur, juste pour grapiller du temps, ça me mettrait mal avec moi-même je pense. Du coup je n'ai jamais regretté, à part éventuellement de ne pas avoir su prendre la décision plus tôt. 

 

 

Concernant les euthanasies "soi-même", je l'ai fait du temps ou j'avais des reptiles, et dans le cadre de mon ancien travail aussi (impossibilité de consulter un vétérinaire. A savoir que du coup j'ai été plus ou moins "formée" pour ça). Je peux en parler en MP si jamais pour ne pas choquer.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Dur de répondre au sondage vu que j'ai fait euthanasier mes rats dans 4 ou 5 cliniques différentes (urgence oblige) xD Ma data est toute pourrie :transpire: (les infos récupérées sont par association de réponse ? parce que selon le mode d'eutha l'anesthésie n'est pas forcément nécessaire)

 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Pour une pathologie dont l'issue est certaine, quand la qualité de vie est sévèrement atteinte (refus de nourriture, perte d'autonomie pour les actes courant comme la toilette...)
Pour une pathologie dont l'issue est incertaine (atteinte pulmonaire, tumeur hypophysaire) j'essaye d'observer un petit délai de latence (1 ou 2 jours peut-être ?) après traitement d'attaque voir s'il y a une remontée de pente, mais si l'état est trop dégradé (comateux, douleurs très "visuelles") on prends généralement la décision de s'arrêter là.

 

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non.

 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

Jamais par rapport à un planning la question ne s'est jamais trop posée, et je n'ai jamais eu de problème avec un vétérinaire de garde ou autre pour une euthanasie. Il y a peut-être une fois où j'aurais pu laisser une chance de plus au traitement (Kiri-Manjû, tumeur hypophysaire foudroyante à 12 mois) parce que l'état du rat me faisait trop mal au cœur (perte d'équilibre sévère, rat très tonique mais très paniqué, incapable de se tenir debout, toujours vautré sur un côté du corps à se débattre furieusement contre l'air...). Au début j'avais peur de m'être laissée avoir trop rapidement par ma compassion, mais ma vétérinaire m'avait rappelé que les tumeurs sur un individu de cet âge (jeune, bon métabolisme) étaient souvent assez violentes.

 

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Oui, quand je retrouve un rat mort, hors mort très rapide (anévrisme ou arrêt cardiaque avec l'aspect très rapide que donne une mort pendant qu'un rat dort, ou qu'on l'avait vu gambader une heure auparavant) j'ai toujours peur qu'il ait souffert ou agonisé trop longtemps. Cette peur peut d'ailleurs être intensifiée en fonction de la position dans laquelle je trouve le rat (en position de se traîner ou autre). Quand je retrouve un rat mort en me doutant que ça va arriver (pathologie avec très peu d'issue probable), je regrette de lui avoir imposé ce temps de souffrance supplémentaire.

Une euthanasie me donne l'opportunité de "choisir" le moment, donc de ne pas être surprise ou prise de court, de le faire partir dans des conditions contrôlées, et de lui éviter plus de temps de souffrance.

 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Je ne sais pas trop, je pense que parfois l'ensemble des faits + une intuition globale me permet d'avoir la résultant "sentiment que c'est le bon moment, du moins pas trop tôt".
Je n'hésite pas, surtout dans le cas d'une pathologie incurable, et idem pas de regrets.
Les seuls regrets que je pourrais avoir serait de ne pas avoir fait partir le rat plus tôt (comme ça a été le cas pour ma première rate)

Edited by Ambrozy
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Sujet délicat, c'est vrai !

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Je prendrais cette décision s'il ne s'agissait plus de vivre, mais de survivre. Quand la situation n'est confortable ni pour l'animal, ni pour son humain. Cela dépend aussi de la taille de l'animal, mais dans le cas des rats, pour moi ce serait le combo douleurs + paralysie + refus de nourriture. Tant que le rat continue d'être alerte (pas forcément vif ou très énergique, mais qu'il a le regard encore éveillé... je sais pas comment expliquer), mange et boit bien, qu'il ne s'isole pas du groupe, il n'y a pas de raison d'abréger sa vie.
 

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non. Tant qu'il n'est "que" vieux (avec tout ce que ça implique : moins de mobilité, moins de vivacité, etc) mais qu'il continue à manger, même si on doit l'aider, pas de raison de l'euthanasier.
 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

Je n'ai pas été confronté à cette situation.
 

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Oui. Il est plus facile de voir l'animal partir de lui-même que de prendre la décision de mettre un terme à son existence. Même si on se dit qu'il n'y a plus d'autre choix, c'est très difficile de faire euthanasier son animal.
 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Je ne sais pas. J'espère que je "sentirais" quand ce sera le bon moment, mais je penses que j'aurais des hésitations, si c'est un animal très malade pour lequel il n'y a plus de solution médicale, par rapport à "il souffre, on arrête tout" vs "il ne semble pas souffrir, laissons le finir sa vie tranquille" (c'est difficile de juger si un rat souffre ou non)

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour ! 

 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?
    Pour moi il est temps d'aider l'animal à partir quand, après avoir tout tenté, il y a vrai inconfort de vie, ou de la souffrance. La vie ne doit pas etre de la survie. 

 

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?
    Ca dépende de son état, mais tant qu'il montre une volonté et une envie de vivre, et qu'il ne souffre pas physiquement je le laisse continuer son chemin, en lui proposant les conditions de vie les plus adaptées pour son confort. 

 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?
    Pas facile de répondre à cette question. Je ne pense pas l'avoir fait en avance, cependant j'ai déjà eu à faire partir des rats jeunes, pour ne pas leur infliger une vie de souffrance. C'est bien sur particulièrement difficile d'ôter la vie à de jeunes animaux. 

 

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?
    Oui et non. Ca dépend vraiment de comment ca se déroule. Cet été j'ai une rate qui a été euthanasiée sur la table d'opération, le véto m'a appeler car il ne pouvait plus rien pour elle et voulait l'autorisation de pratiquer l'euthanasie pendant qu'elle était endormie. Ca a été horrible, j'ai pas pu la revoir de son vivant et ses derniers moments ont été 2 jours d'hospi, seule, avec des traitements et examens en tout genre, et ca je le vit mal. Inversement, un rat qui a eu une belle et longue vie, que j'accompagne pour son dernier voyage, c'est triste mais une jolie fin pour lui et je suis contente qu'il puisse bénéficier d'une mort douce et sans souffrance. 

 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

            Je repousse l'échéance c'est sur, et de toute façon, la décision d'endormir vient lorsque les possibilités de soins, d'adaptation etc.. ont été tentées. Donc quand il n'y a pas d'évolution positive. C'est toujours très personnel et propre à chaque rat et a chaque situation. Ca dépend du type de pathologie, pour certaines quand l'issue ne peut être que fatale, la décision est plus facile à prendre. Mais tant qu'il reste une incertitude, le "mais demain ca ira peut être mieux" c'est la que c'est dur. 

 

J'ai déjà pratiqué des euthanasies. Lorsque j'élevais des rats dans un cadre de terrariophilie. Il m'est également arrivé d'aider de vieux rats à partir de cette même manière (uniquement lorsque le rat est déjà en train de partir). 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

=> En gros, si l'animal ne peut pas être soulagé d'une manière ou d'une autre, s'il refuse de s'alimenter/boire, s'il a l'air "éteint" (genre léthargique, qu'il n'y a plus d'interaction que ce soit avec ses humains, son environnement, ses congénères).
 

Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

=> Non
 

Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

=> Non
 

Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

=> Non, pas vraiment
 

Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

=> Des regrets non, des hésitations oui évidemment parce que même si on sait que c'est pour le mieux, on a toujours un petit espoir d'amélioration. Sentir quand c'est le bon moment, non mais je n'ai pas souvent eu l'occasion d’expérimenter la chose.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Répondu sur la base de la seule euthanasie qui a eu lieu ici (sur 5 rats dont 2 vivants) et avec mes souvenirs datant un peu.

Et comme c'est arrivé une seule fois, et de surcroit mon premier décès rat, je serais bien incapable de répondre au reste des questions 

Edited by Tsum
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis dans le même cas que Tsum, je peux juste répondre à cette question (même si je me dis que je ne suis pas forcément sûre de toujours vivre les choses comme ça, on sait jamais..) :

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Les morts naturelles étaient brutales car imprévues comparées à la fois où j'ai décidé d'euthanasier une de mes filles. C'était dur aussi mais c'était "préparé" et surtout il y a pour moi un apaisement d'avoir pu la faire partir en douceur (dans mes mains notamment) alors que pour les autres il y a toujours la question de savoir (ou la peine de s'imaginer..) comment ça s'est passé, si ça a duré, si elles ont eu peur, si elles ont souffert etc... Une sorte de "sans regrets" malgré la douleur de la perte, d'avoir eu l'opportunité d'accomplir mon devoir d'humaine de compagnie et de donneuse de soin jusqu'au bout.

 

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur les 6 rates que nous avons eu, deux sont mortes à la maison (sans notre aide), une ne s'est pas réveillée d'une opération de la dernière chance, 3 ont été euthanasiées.

J'avoue que le sujet m'a remué, vos récits aussi (parce que je suis maso j'ai lu tout le sujet) et que j'ai relu tout mon sujet à propos de nos rates... Mais c'est bien d'en parler, c'est important.

 

 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Quand le rat ne peut plus vivre dans de bonnes conditions : douleurs, refus de manger/boire, plus de toilette, tumeurs infectées/nécrosées non opérables...

 

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non clairement. On a nourri à la bouillie et petit pot plusieurs de nos rates en fin de vie, certaines pendant des semaines. On aurait continué des mois s'il avait fallu et si elles avaient été en forme à côté. Idem pour la toilette, même si les copines de cage s'en occupait pour la petite malade en général, on a jamais eu besoin de le faire beaucoup, mais on aurait lavé nos rates tous les jours si besoin.

 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

La seule fois où nous avons vraiment hésité, c'est pour notre dernière rate. Elle était sur sa fin de vie, plusieurs tumeurs, elle maigrissait de jour en jour, avait de moins en moins de force. On devait partir en vacances une semaine et impossible de l'emmener. On avait trouvé à la faire garder et on avait toute confiance. Mais après y avoir réfléchi plusieurs jours, on l'a faite partir chez le véto avant juste avant les vacances, un peu égoïstement on avait pas envie qu'elle meure sans nous pendant notre absence (même si elle n'aurait pas été seule). Mais rien ne nous dit que s'il n'y avait pas eu ces vacances, on aurait pas décidé de la faire euthanasier quelques jours plus tard quand même. Ca a été un crève-cœur.

Les deux autres euthanasies étaient vraiment indispensables vu leur état. On ne voulait pas revivre le décès de notre toute première à la maison parce qu'on avait "trop" attendu.

 

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Nos euthanasies on y a réfléchi à chaque fois et on l'a vu venir, on s'y est préparé. Le plus dur ça a été les morts naturelles à la maison. Mais au final, toutes nos rates nous ont manqué de la même façon, le deuil n'a pas été plus dur. On a juste culpabilisé d'avoir laissé nos deux rates mortes chez nous en souffrance potentiellement.

 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Pour notre dernière rate on a hésité jusqu'au bout. Pour les deux autres on a senti qu'il le fallait, mais est-ce que c'était le bon jour ? On ne sait pas, on ne saura jamais. 
Mais on a pas regretté, pour aucune d'elle. Même pour celle qui ne s'est pas réveillée de son opération, c'était sa dernière chance et on savait que c'était un risque très important, on a pas regretté, elle pouvait plus bouger avec ses tumeurs.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hier je faisais euthanasier ma chatte de quasi 20 ans, je me dis ce matin "tiens je vais faire un tour sur SRFA pour me changer les idées" et je tombe sur ce sujet... :rire: Quelle curieuse coïncidence! :transpire:

 

Sur 10 rats décédés en l'espace de 4 ans, seule 2 ratounes est partie toute seule à la maison, donc on va dire que c'est un sujet que je connais malheureusement que trop bien. Vue que j'ai bougé pas mal, ils n'ont pas tous été euthanasié chez le même vétérinaire, donc donner le protocole et une fourchette de prix c'est compliqué. Pour mes rats il faut savoir que je fais vraiment du cas par cas, chaque euthanasie est différente en fonction de l'état de l'animal.

 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

C'est dur de répondre, car comme je disais c'est du cas par cas, généralement c'est le refus de manger, la douleur et quand je sais que leur pronostic vital est engagé et qu'il n'y a aucun espoir d'amélioration. Je n'ai jamais fais d'euthanasie de "confort", je pense avoir généralement pris la bonne décision pour éviter à un animal en fin de vie de souffrir inutilement. Par exemple :

 

- Albator : opéré d'une tumeur à la rate, à le foie qui lâche à cause de métastase de la tumeur, il est en grande souffrance malgré les anti-douleurs -> euthanasie de suite

- Nausicaa : difficulté respiratoire provoquant une atteinte neurologique, radio, on constate une tumeur qui lui écrase ses poumons -> euthanasie de suite

- etc etc....

 

J'ai eut le cas Shiranui dernièrement, qui a développé une TH fulgurante, du jour au lendemain elle était un véritable légume, incapable de bouger, je l'ai nourris à la pipette pendant 7 jours. Son cas s'est déclaré un lundi, samedi lorsqu'elle a commencé a avoir du pus qui lui sortait de la vulve, j'étais à deux doigts de prendre la décision de l'euthanasie. Elle mangeait et buvait à la pipette, sans mon aide elle serait morte et ça a été dur de la voir comme ça, franchement j'ai eut la sensation de m'acharner durant toute la semaine. Je pense que c'est la première fois que j'allais si loin dans l'assistanat pour un de mes rats, samedi je n'ai pas pu voir mon vétérinaire traitant, même si mon patron m'a proposé l'euthanasie pour me "dépanner", j'ai refusé parce que je voulais avoir l'avis du vétérinaire qui la suis. Dimanche elle allait mieux, lundi elle remarchait toute seule! Et maintenant elle pète le feu et plus de vaginite, autant dire qu'elle revient de loin et que ça frôle le miracle... J'étais franchement très pessimiste sur son cas au début de ses symptômes, je n'y croyais pas du tout. Et je peux pas m'empêcher de me dire qu'avec Niki qui avait aussi une TH, j'avais peut-être pas attendu assez longtemps pour décider de l'euthanasie? Mais bon c'est dur de juger, si Shiranui n'allait pas mieux, je l'aurais finalement euthanasié et j'aurais été très en colère contre moi de m'être acharnée sur elle.

 

Même si on est sur un forum ratouphile je me permets de présenter le cas de mon chat qui avait ses reins qui lâchaient, son taux de CREA était si élevé que la machine n'arrivait pas à le mesurer. Avec sa perfusion elle allait mieux, honnêtement j'ai toujours souhaité à Fifi de partir tranquillement à la maison, que son cœur finisse par lâcher, malheureusement ça n'a pas été le cas. J'étais à deux doigts de la ramener à la maison parce que ce n'était pas facile de la voir en clinique et devoir faire ça en clinique. Mais un moment faut agir pour le bien être de l'animal et ne pas être égoïste. Parce que même si elle allait mieux, dès qu'on aurait retiré la perfusion, son état se serait dégradé et elle aurait pu faire des crises d'urée = grande souffrance et ça je ne voulais pas.

 

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non, Nelliel j'ai toujours fait en sorte de lui rendre la vie facile, je n'ai jamais songer une seule fois à cette possibilité. Je sais qu'on est pas là pour juger mais je trouverais ça profondément cruel de prendre une telle décision juste parce qu'il est "vieux". C'est ce que j’appellerais une euthanasie de "confort".

 

Après (hahaha je vais le dire beaucoup), ça reste du cas par cas, je l'ai fais pour Okami, mais parce qu'elle était vraiment incapable de manger et boire seule et épuisée, il aurait fallu que je la gave à la pipette. De plus elle avait une sorte de dégénérescence neuro, elle était au bout du rouleau.

 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

Voir le cas de Shiranui ci-dessus, mais bon pour elle l'issue a été favorable... xD Sinon non, généralement j'ai toujours pu aller aux urgences si nécessaire et même demander une analyse post-mortem par un autre vétérinaire au besoin (je pense notamment à Mina que j'ai fais euthanasier en véto de garde et qui a accepté de faire l'autopsie).

 

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Non, parce que.... xD C'est du cas par cas! Je ne fonctionne pas comme ça, je ne fais pas de différence niveau deuil une mort naturelle et une euthanasie mais plutôt par rapport à l'âge du rat et sa pathologie. Après je n'ai jamais eut de "mort naturelle" de façon brutale chez des rats jeunes, les deux départ sont Maya (2 ans1/2) et Nel (3 ans), qui étaient des petites mamies et donc c'était un peu prévisible...

 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Pfffffffffff c'est dut cette question, quand je choisis l'euthanasie, ça reste un acte de mise à mort donc oui il y a toujours de l'hésitation et des regrets pour ma part,

même si je sais que c'est pour leur bien.

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai arrêté de compter après la trentaine, je sais même pas à combien j'en suis... Du coup j'ai une vision très détachée de tout ça, qui parfois déroute un peu les vétos.

J'ai pu remarquer un protocole assez général chez les vétos:

- On arrive, ils auscultent l'animal voir si l'eutha est la seule solution

- Si oui, ils expliquent ce qu'ils vont faire et à ce moment là demandent si on veut rester ou non, a quoi est-ce qu'on veut assister

- Si on reste, ils endorment l'animal. Perso à 99, 9% des fois c'était par injection

- Là ils prétextent d'aller préparer la suite et sortent en nous laissant avec l'animal pendant qu'il s'endort. Ca dure en général 5/10min

- Ils reviennent et vérifient que le rat dort, expliquent encore ce qu'il se passe

- Ils injectent le produit létal, dans mon cas à 99% des fois en intra cardiaque

- Ils attendent avec nous, vérifient les signes vitaux et nous disent quand c'est terminé

- Là ils demandent ce qu'on veut faire du corps et font en fonction

- Quand c'est finit on paye et puis on rentre

 

J'ai eu quelques variantes mais le gros de mes euthas c'était comme ça. Après je suis très détachée donc certains vétos me connaissant bien arrêtaient de sortir pdt 10min, discutaient avec moi, bref sortaient un peu du "cadre" vu que c'était possible. A part ma première eutha (véto et équipe super, mais très dur pour moi) et l'expérience chez un véto qui devrait pas l'être (bcp plus tard heureusement), ça s'est tjs très bien passé.

 

Pour moi l'eutha c'est l'acte médical final, celui qui est là pour éviter la souffrance de l'animal, celui qui peut le libérer d'une situation subie et impossible à éviter. C'est un outil merveilleux auquel on a la chance d'avoir accès et c'est vraiment génial. Il suffit de voir, une fois, son rat agoniser des heures, des jours, pour comprendre à quel point l'eutha c'est merveilleux.

 

La seule chose qui me "gène" c'est que l'animal n'est pas "chez lui" et qu'il peut y avoir un stress supplémentaire avec le passage chez le véto. Mais entre "à la maison" en agonisant des jours et "chez le véto" en partant vite et sans souffrir, le choix est rapide...

 

Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Quand il n'y a plus rien à faire et que le rat est en souffrance ou va tomber en souffrance sous peu. Pour moi c'est le "dernier acte médical" possible pour aider.

 

Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non, ce qui pour moi compte c'est que le rat arrive à prendre l'eau/nourriture et à avaler. Tant qu'il mange/boit, que ce soit à la cuillère, pipette, soucoupe, etc c'est OK. Si je dois le gaver avec tous les risques de fausse route, là on est trop loin pour moi. Le fait qu'il soit paralysé, tant que ça ne déclenche pas des soucis douloureux, c'est OK aussi.

 

Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

J'ai vécu le "trop tard" et je me suis dit "plus jamais" donc je n'hésite maintenant plus à y aller "plus tôt". J'ai déjà fait euthanasier un rat condamné, mais qui aurait pu tenir 3/4j de plus. Parce que je savais que ça risquait de mal tourner en plein WE et que pour quelques jours, une eutha sans stress, chez notre véto habituel du coin de la rue et pas à l'autre bout du monde me paraissait un meilleur choix. Ça ne me pose aucun souci et clairement je préfère plus tôt que trop tard.
 

Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Non, pour moi ça ne change absolument rien.
 

Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Regrets une fois, quand j'ai trop attendu, et ça ne m'est plus jamais arrivé depuis. Chez moi l'euthanasie est une décisions rationnelle et jamais émotionnelle. Je prends la décision en fonction des faits, jamais en fonction de mes propres émotions. Je n'hésite pas, quand c'est le moment alors on y va et c'est comme ça.

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur 18 rats partis, 1 seul est mort de vieillesse, dans son sommeil. 3 autres sont morts à la maison, mais pas de vieillesse. 2 sont partis chez le vétérinaire pendant une hospitalisation d'urgence. 1 est mort à la seconde ou j'entrais chez le véto (pour une euthanasie), et 11 ont été euthanasiés.

 

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

ça dépend de ce qu'a le rat, si je le sais condamné à court terme ou non. Dans tout les cas, le critère n°1 c'est la douleur, et en 2 le fait qu'il ne s'alimente plus assez.

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

Oui, mais pour un rat condamné à court terme. J'avais 2 rats agés qui vivaient à 2, car ils ne supportaient pas l'intégration de ratons malgré la castration. Tous 2 ont développé une TH. Quand est venu le moment de faire partir le 1°, j'ai pris la décisions de faire partir le 2° en même temps. Déjà, il était très très dépendant de son copain, et se retrouvait totalement désorienté sans lui. Et puis la cabergoline ne fonctionnait pas, ou trop peu pour que je constate ses effets (sous traitement depuis 2 mois, de mémoire), et je savais que son départ était une question de jours, peut-être d'une ou 2 semaines. C'était une décision difficile, évidemment, mais je l'ai bien vécu, parce qu'il était vraiment inenvisageable de le laisser vivre ses derniers jours seuls, sachant que la solitude le paniquait.

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Ce n'est pas tant la façon de partir que le contexte, qui me fait vivre les départs différemment. Un rat âgé, qui a eu une belle vie, sans trop de crasse niveau santé, qui part dans son sommeil, ou sans souffrance chez le vétérinaire, je le vis très différemment qu'un rat qui part jeune, ou qui a souffert d'une longue maladie. Et puis les années passant, le soutien de mon vétérinaire m'aide beaucoup. Il est très doux, et respectueux avec le rat, à ce moment là.

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

A chaque fois c'est la même torture : "est ce que c'est le bon moment ?" Une fois, j'ai trop attendu, et mon rat a terriblement souffert. Il est mort quand j'arrivais chez le vétérinaire, pour son euthanasie. On s'était donné une semaine supplémentaire pour tester un nouveau traitement. Je m'en suis beaucoup voulu. Pour d'autres, je me demande encore si ça n'était pas trop tôt, mais bon, leur qualité de vie était bien médiocre, je ne me voyais pas prolonger ces souffrances. Et d'autres fois, j'ai pu sentir ce fameux "bon moment", mais trop rarement.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma première euthanasie remonte à 2006 donc mes réponses au sondage tiennent surtout compte de mes dernières euthanasies prix, méthode sachant que j'ai vu plusieurs vétos pour cela et qu'elles n'avaient pas la même méthode. Une seule vétérinaire s'est passée d'anesthésie préalable, une seule injection en plein abdomen, trop vite pour que je reprenne mes esprits : "ça ne fait pas mal, il ne va rien sentir" mon oeil : ça a été la première et la seule fois où ce rat a posé les dents sur moi et m'a pincé, quand elle a enfoncé cette énorme aiguille et cet imposant volume de produit. Plus jamais sans anesthésie préalable !

 

Citation

Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Quand l'animal refuse de se nourrir ou que son regard traduit la fin de son envie de vivre, quand il souffre plus qu'il ne profite de la vie. Parfois, dans de rares circonstances, j'ai cependant devancer cet état (ne pas réveiller un rat au pronostic très sombre à la radio, par exemple).

 

Citation

Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Non, tant qu'il manifeste son envie de vivre.

 

Citation

Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

J'ai fait pratiquer tellement d'euthanasies que je ne sais plus exactement les circonstances de chaque mort prévue, mais je sais que j'ai tendance à plus tarder qu'à avancer la date d'eutha, en moyenne.

Dernièrement je l'ai fait pour ma chatte par crainte que dans ma nouvelle campagne ce soit difficile pour elle de faire une eutha dans de bonnes conditions un week-end (j'ai déjà eu du mal récemment à trouver un véto de garde pour euthanasier en urgence un de mes rats, ça m'a suffit). Cependant elle ne mangeait déjà plus :(

 

Citation

Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Clairement. Dans les morts "naturelles", il n'y a pas la douleur du choix du moment, la préparation émotionnelle intense qu'il faut effectuer en amont pour se décider à faire tuer son animal/un animal.

Mais il y a une différence entre les morts prévisibles douloureuses et les morts inattendues ou sans douleur. Dans les morts prévisibles et douloureuses, il y a le même sentiment de culpabilité que dans les euthanasies : pour les premières je culpabilise d'avoir tardé, pour les secondes je culpabilise de leur avoir ôter quelques jours de vie. 

 

Citation

Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Non, je n'ai pas ce sentiment, ça serait bien pratique pour éviter de culpabiliser.

J'hésite jusqu'au dernier moment en général. 

Oui, cela m'arrive d'avoir des remords et des regrets, c'est même assez fréquent, l'inverse étant bien plus rare. Je décide d'ôter la vie à un être sensible qui a des capacités développés, ça reste un acte important, qui questionne beaucoup. Ce n'est jamais simple pour moi. Et je me refais le film de ce que j'aurais dû faire, de ce que je n'ai pas fait, etc. S'il n'y avait pas la souffrance irréversible de l'animal, cet être qu'il faut soulager en s'oubliant soi-même et ses émotions, en privilégiant l'intérêt de l'animal plutôt que mon confort émotionnel, je me m'imposerais pas cette épreuve. Ce serait tellement plus simple si l'animal pouvait avoir un avis éclairé sur sa mort et nous le transmettre, mais ce n'est pas le cas donc je me fais violence pour choisir à sa place.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?
    Je pense que c'est la propre volonté du rat. J'ai vu des rats plus volontaires que d'autres pour vivre. Certains se battent même au bout du tunnel et d'autres n'en ont tout simplement pas la force. Le second critère est le niveau de souffrance, déterminé avec le vétérinaire. Si un rat se bat jusqu'au bout mais qu'il est évident que sa souffrance est trop grande, nous l'aidons tout de même à partir et ce sont les cas les plus difficiles. 
     
  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?
    Non. Les vieux ont des repas à part, adaptés à leurs difficultés et plus riches. 
     
  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?
    Peut-être une fois, c'est difficile de dire avec certitude. C'était un rat qui avait été littéralement éviscéré par un autre lors d'une bagarre, avec les organes dehors. Le véto a pu le sauver mais au prix de certaines modifications de son anatomie. Il ne pouvait plus rentrer le pénis dans son fourreau, il était constamment dehors. Au bout d'un certain temps, le pénis commençait à gonfler et bleuir sérieusement, même si le rat semblait en forme par ailleurs.
    J'ai pris la décision de l'aider à partir, contre tout ce que ma conscience me hurlait. Je l'ai assez mal vécu. 
     
  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?
    L'âge est plus un critère que la manière. Un vieux rat est un décès plus facile à vivre qu'un jeune, quelque soit la manière. 
     
  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?
    La plupart du temps, oui, je n'ai pas d'hésitation. Au bout d'un certain nombre de fois, on apprend à se protéger en adoptant le recul nécessaire. 
    J'ai eu une fois des regrets. Mon vétérinaire anesthésie en injection puis euthanasie en intra-cardiaque. Il y a quelques années, un de mes rats a développé une bactérie hépatique. On a réussi avec beaucoup de difficultés à le soigner mais son métabolisme en est ressorti complètement imuno-déprimé. Il a attrapé un pauvre rhume peu de temps après, et il a juste arrêté de se battre. Le vétérinaire et moi avons conclu que ça ne servait à rien de le gaver de médicaments alors qu'il refusait de s'alimenter et se laissait mourir. Le vétérinaire a donc procédé à l'anesthésie, puis à l'euthanasie. 20 minutes plus tard, le rat respirait encore. Le vétérinaire a procédé à une seconde injection avec beaucoup de soins, en supposant qu'il avait commis une erreur (dans la localisation, dans le dosage...?). Mais 20 minutes plus tard, il était toujours là... Quand le vétérinaire est revenu pour la 3e euthanasie (il n'avait jamais vu ça et était lui-même choqué), j'ai envisagé de lui dire stop. Je regrettais tellement, je voulais récupérer mon rat. Mais il avait tellement de produit létal dans le corps que ce n'était pas possible. Il a donc été euthanasié une 3e fois, ce fut la bonne. 
  • Thanks 1
  • Sad 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci du fond du coeur pour tous ces témoignages poignants. Ton dernier paragraphe Sena m'a mis une larme aux yeux :cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le truc qui m'a été le plus difficile, au début, ce sont les réflexes nerveux. Le rat dit "décédé" par le véto mais qui bouge... Je n'étais pas du tout au courant et sur le coup j'ai pas compris, heureusement le véto à su m'expliquer avec beaucoup de douceur et ça a rendu "la chose" un peu moins difficile. Même si c'est pas agréable comme info, je pense que c'est bon à savoir que ça peut arriver, que oui le rat est quand même mort...

 

Certains trop fatigués partent parfois à l'anesthésie, d'autres s'accrochent beaucoup, comme le décrit Sénalina...

 

Perso ce qui est difficile c'est le rat qui va "bien" en dehors du problème qui va le tuer sous peu. Exemple sur une de mes dernière eutha en date, la rate de 3 ans qui a une énorme tumeur qui nécrose et qui empeste la mort, qui va clairement finir en septicémie très vite, mais qui va encore très bien (pas maigre, pas dépoilée, pas de faiblesse, rien). Bien sur je m'en voulais de pas avoir fait opérer cette tumeur une seconde fois (la rate était pas en forme, pas jeune au moment où c'est revenu. Elle a remonté la pente plus que prévu...) et la faire partir à cause de ça bah.... :rain: Alors que c'était totalement nécessaire, pour son bien être.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, Artefact a dit :

 Sena m'a mis une larme aux yeux :cry:


Honnêtement, j'en chiale encore. C'était un film d'horreur, avec le véto qui savait plus où se mettre et moi qui insultait copieusement mon rat à voix basse tout en le caressant et en pleurant tout ce que je pouvais. Je lui en voulait tellement, c'était lui qui m'avait poussé à cette décision en arrêtant de s'alimenter et de se battre. Tout ça pour "refuser" de mourir. C'était pas cohérent comme pensée, mais pour moi c'était tellement injuste. ça l'est toujours, et j'en veux toujours à Syo. J'ai pas pu faire partir ce sentiment. Et pourtant, je l'adorais tellement. 

  • Sad 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette histoire est bouleversante Senalina.. :( Je ne savais même pas que c'était possible.. :calin:

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai répondu au sondage mais c'est dommage qu'on ne puisse pas faire de choix multiples. J'avais une véto qui faisait au gaz puis intra-peritonéal.

 

Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

C'est toujours très difficile pour moi de prendre la décision, quelque soit l'âge.

Le premier critère c'est la souffrance ensuite le fait que le souci soit incurable et ne laisse aucun espoir d'amélioration/guérison et qu'au contraire on ne va que vers de la dégradation de tout.

Et bien sûr, l'avis du vétérinaire pour faire pencher la décision d'un côté de la balance.

 

 

Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

Je pensais naïvement que prendre la décision pour des rats de 3 ans et plus serait facilité. Je viens d'avoir mes premières rates de 3 ans et j'ai dû faire le choix pour 2 d'entre elles. Ça m'a été particulièrement difficile. C'est très difficile de trouver la frontière vieillesse/maladie, on se dit pourquoi aujourd'hui et pas un autre jour. On n'est pas dans l'urgence, on se doute qu'on ne leur prend pas que quelques heures mais potentiellement plusieurs jours voire semaine mais dans quelles conditions... J'ai trouvé ça très culpabilisant, de quel droit je leur ôtait la vie alors que le déclin était progressif et que je n'étais pas face à des rates mourantes ?

Ce qui m'a fait néanmoins prendre la décision c'est la dégradation, la peur de louper le moment où la souffrance va clairement s'installer, de leur faire subir des jours supplémentaires potentiellement douloureux. Ils cachent si bien leur douleur. J'étais face à des tumeurs inopérables à guetter le moment où ça allait devenir trop moche/handicapant/douloureux.

Une, Thundra est partie tellement vite après la piqûre que j'ai bien compris qu'elle était très fatiguée, ça m'a rendu l'après, un peu plus facile à accepter.

J'ai trouvé que c'était paradoxalement plus dur que face à des plus jeunes mais avec une pathologie plus lourde dont on sait que la mort être imminente et douloureuse. Je pense notamment à Azula. Elle n'avait que 2 ans mais était vraiment mal, son état s'est dégradé très vite, à la palpation sa rate était énorme et l'opération impossible. L'autopsie m'a confortée dans ma décision. Je sais que je l'ai soulagée d'une mort certaine et probablement douloureuse. Je ne lui ai certainement pris que quelques heures...

Pour certaines mamies, je m'étais fixées une limite de quelques jours et finalement elles sont parties d'elles-mêmes dans ce laps de temps. Mais si ça se trouve, il aurait mieux valu pour elles qu'elles partent plus tôt... Je ne sais pas. D'un côté on préfère toujours qu'ils choisissent leur moment mais d'un autre on les prive peut-être d'une mort plus douce et moins douloureuse.

 

Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

Je ne crois pas mais faudrait que je réfléchisse à chaque euthanasie que j'ai dû faire faire...

 

Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Non, certaines euthanasies me laissent en paix avec cette décision et le départ de mon loulou alors que certaines morts naturelles peuvent au contraire être beaucoup plus difficiles à accepter.

Ça dépend vraiment de plein de paramètres et chaque cas est différent.

 

 

Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Oui parfois je me dis que c'est le bon moment, qu'il n'y a rien d'autre à faire et que c'est la dernière et unique option possible. Celle qui leur permet de les délivrer.

Pour d'autres oui j'hésite fortement comme développé plus haut et y repense après en me demandant toujours si c'était le bon moment.

C'est vraiment une lourde responsabilité, je les revois à leur naissance, je me souviens de ce moment heureux, de mon souhait qu'ils vivent le plus longtemps possible. J'étais là pour leurs premières heures et je le suis encore aux dernières. Je me remémore leur petite vie qu'on a passé ensemble, les moments où ils étaient en pleine forme et accepte alors la décision quand je vois leur état dégradé au moment présent et que le vétérinaire me conforte dans ce choix.

Comme pour @Senalina, le pire départ de tous qui reste le plus traumatisant est celui de DNA-IND Prince Lir. Lui aussi a été éventré en voulant le réintégrer après 4 pauvres jours de séparation pour consultation véto pendant les vacances et nursing dans un groupe stable qui se connaissait depuis longtemps. Je ne savais même pas que c'était possible. Il n'y a eu qu'un seul coup de dent... Il a fallu ensuite réveiller le véto de garde. Il ne voyait vraiment pas quoi faire d'autre à part le faire partir.

Je ne suis toujours pas en paix avec les circonstances de son départ.

Sena je pense fort à toi, je sais ce que tu as enduré face à cette horrible situation.

En y repensant après, il y a toujours de la tristesse, du chagrin mais l'autre partie de moi sait que c'était nécessaire malgré la peine que ça me fait. Je le fais toujours pour eux, pour leur bien-être, pour les soulager. Je mets de côté mon envie égoïste de les garder près de moi le plus longtemps possible. C'est le dernier geste d'amour que je peux leur apporter.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Senalina Ton dernier paragraphe m'a donné les larmes aux yeux également. Et je compatis très fort... c'est arrivé pour l'une de mes rates, le véto a dû faire une deuxième eutha... C'était affreux mais je suis restée jusqu'au bout, avec elle dans mes mains. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

27 rats à mon actif, 20 sur le nuage.

  • Quels sont vos principaux critères pour prendre la décision d'euthanasie (refus de nourriture, perte d'autonomie, paralysie, douleurs, dès que l'issue est certaine...) ?

Entre autres la perte d'autonomie du rat. S'il ne sait plus manger/refuse de manger, s'il est tellement dépendant de moi au point de devoir être lavé par mes soins etc. Un rat ne doit pas m'attendre pour ses besoins premiers. Et bien sûr la douleur intense qui me fait prendre la décision rapide.

  • Feriez-vous euthanasier un rat grabataire mais qui se nourrit bien avec votre aide, et est plus "vieux" que "malade" ?

 

Mon dieu non. 

  • Avez-vous déjà pratiqué une euthanasie un peu "en avance" par rapport à la nécessité médicale ? (départ en vacances, impossibilité pratique d'administrer des soins palliatifs appropriés, souhait de faire réaliser le geste par un vétérinaire en particulier, peur de devoir aller aux urgences, besoin d'analyses post-mortem...) et si oui, comment l'avez-vous vécu ?

J'ai, à plusieurs reprises regretté d'avoir été trop rapide dans ma décision. Surtout pour les soucis respiratoires. Mais avec le recul, je me dis que le confort de vie a primé sur la quantité de vie. Je regrette beaucoup pour Aqua et Ortie qui auraient pu vivre quelques jours/semaines de plus, mais dans quelles conditions, avec quel confort, etc.

  • Ressentez-vous une différence dans votre processus de deuil entre les morts naturelles et les euthanasies ?

Sur mes 27 rats, 20 sont déjà dans les étoiles.

Les 2 premières sont parties à la maison, l'une de mort naturelle, l'autre avait de gros soucis respiratoires, et a du partir en DR sans moi...

Les 18 autres étaient des euthanasies. 10 ont eu un départ assisté "au bon moment", 9 ont eu le départ dans l'urgence, 1 a été libérée durant une opération.

Les morts dont j'ai le plus de mal à en faire le deuil sont celles qui se sont faites suite à un accident (je pense notamment à Llewella qui a été éventrée suite à une OVH).

Les départs les plus douloureux restent ceux auxquels je n'ai pas assisté. 

  • Avez-vous le sentiment, comme on le dit parfois, de "sentir quand c'est le bon moment" ? hésitez-vous jusqu'au dernier instant ? vous arrive-t-il d'avoir des regrets ?

Pour les rats ayant des soucis respi, je me suis imposée une limite: détresse respiratoire, trop grand difficulté à respirer et manger, même si bonne mine. C'est peut être dur à lire, mais je vise le confort et la qualité avant la quantité. Je n'appelle pas ça une euthanasie de confort comme on le lit parfois.

Pour les rats ayant des atteintes neurologiques, j'ai parfois le sentiment d'avoir attendu trop longtemps (pour Sauvée et Cat par exemple).

Pour les vieux rats sans maladie... je vous dirai ça quand ça arrivera ici ^^

 

Je regrette chaque départ, chaque décision. Mais comme il n'y a plus de souffrance pour le rat, ce n'est pas grave si moi j'en souffre. Dans ces situations, c'est eux d'abord, mes sentiments après.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou 

 

Je trouve que la question 4 pose problème car dans le cas d'une injection péritonéale*, l'injection est létale mais elle anesthésie quand même l'animal avant, la molécule etant reabsorbee progressivement par le système sanguin, le décès sur viens en 2 à 10 min. Ils s'endorment progressivement puis décèdent. 

Du coup j'ai répondu non à la 4, mais comme je vois que je suis la seule, ça me questionne. 

 

Une autre possibilité est d'ailleurs d'utiliser une intrapéritonéale faiblement dosée pour endormir/anesthesier avant de réaliser la deuxième injection (par la même voie ou une autre) (létale) 

 

*une vraie, pas une intra rénale ou une intra hépatique, qui, a l'image d'une intra cardiaque, est maltraitant ( et pas simple pour qui voudrai s'y risquer sur animal vigile) de réaliser sans anesthésie préalable, mais une très bonne voie "darret brutal" du coeur sur animal inconscient 

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 4 minutes, Chnouillette a dit :

Coucou 

 

Je trouve que la question 4 pose problème car dans le cas d'une injection péritonéale*, l'injection est létale mais elle anesthésie quand même l'animal avant, la molécule etant reabsorbee progressivement par le système sanguin, le décès sur viens en 2 à 10 min. Ils s'endorment progressivement puis décèdent. 

Du coup j'ai répondu non à la 4, mais comme je vois que je suis la seule, ça me questionne. 

 

Une autre possibilité est d'ailleurs d'utiliser une intrapéritonéale faiblement dosée pour endormir/anesthesier avant de réaliser la deuxième injection (par la même voie ou une autre) (létale) 

 

*une vraie, pas une intra rénale ou une intra hépatique, qui, a l'image d'une intra cardiaque, est maltraitant ( et pas simple pour qui voudrai s'y risquer sur animal vigile) de réaliser sans anesthésie préalable, mais une très bonne voie "darret brutal" du coeur sur animal inconscient 

 

Je voulais justement te questionner là-dessus! J'en parlais à une aspirante véto et elle était très très très dubitative quand je lui disais qu'apparemment une injection unique péritonéale se faisait avec action anesthésique puis létale, parce que la notice des produits à base de pentobarbital à usage véto mentionne « Il est également possible, chez les petits animaux uniquement, d'administrer le produit par voie intrapéritonéale, mais exclusivement après induction d'une sédation appropriée. » ?

C'est une technique « officielle » ?

EDIT : Et comme mes souvenirs sont assez flous (j'ai eu tellement d'euthanasies différentes dans leur pratique faut dire...) et que je crois que ma clinique actuelle anesthésie au gaz, cette technique m'intéresse bcp parce qu'elle a l'air très douce et permet d'être présent à l'anesthésie (j'aime vraiment pas l'idée qu'ils soient anesthésiés au gaz avant de partir... :( )

Edited by Ambrozy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors en fait, chez les carnivores, c'est très très très peu utilisé car pas pratique du tout lol. Et la raison pour laquelle il faut sedater dans ces espèces c'est que la quantité à utiliser est très importante et cela peut engendrer des douleurs dans l'abdomen. 

 

Je l'ai fait une fois pour une raison particulière sur un chien de 30 kg, ça à marche tout aussi bien, sauf que ça à pris 45 min  alors même qu'il était sedaté et que la dose à utiliser était énorme lol genre la moitié de mon flacon du mois 

 

Bcp (une majorité) de vetos canins et ruraux procèdent ainsi très occasionnellemnt, pour les chiots, chatons (nouveaux nes) ou encore oiseaux blessés, bref, les petits formats qu'on peut pas trop gérer autrement 

 

Les notices c'est bien, mais si on va par là,ya même pas l'AMM pour les NAC hein XD il n'y  a que le gaz qui la, donc faudrai leur faire une overdose d'isoflurane seulement !

La pratique auprès de cliniques 100% NAC à base de 2 à 10 euthas par jour c'est bien aussi lol (ce qui ne veux pas dire que toutes ces cliniques spé NAC font pareil hein) 

Honnêtement je nai pas appris à l'école, mais vu appliqué à Toulouse, à Bordeaux, et au service NAC de maisons alfort , et les micro doses plus la rapidité d endormissement dans ces espèces font que ça se passe tjs hyper sereinement et visiblement sans douleur, en tout cas pas autant qu'une IM et certainement moins de stress qu'avec le gaz. 

 

Si tu veux j'ai de la biblio, je peux t'envoyer sur messenger 

 

Enfin je ne voulais pas spécialement plaider pour cette façon de faire, les autres sont très bien aussi, juste dire que du coup c'était difficile de répondre à la question 4

 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'était pas du tout une remise en question mais juste un besoin d'arguments pour une personne tierce ! ^^ Je suis ultra convaincue de ce que j'avais lu de toi sur le sujet.

Ce serait top pour la biblio, merci <3

 

J'y penserais aussi pour ma prochaine eutha, je pense en toucher un mot dès maintenant à mon véto :) (non je n'ai pas d'eutha prévue mais je me dis que c'est mieux d'en parler maintenant qu'avec le rat agonisant dans les mains xD )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience de navigation et mémoriser vos paramètres utilisateur pendant votre visite. Aucune information contenue dans ces cookies ne permet de vous identifier sans votre permission. SRFA ne transmet aucune information non anonyme à des applications tierces.